retour haut de page

titre_monuments_clarendon

de la seconde armée de la Loire

boite verte          boite verte

Occupation de Meung

6 décembre 1870

Sources : d'Aurelle, Chanzy, Du Casse, Grenest, Lambert, Rousset

décembre : 5 7

boite verte
travaux


coche verte Positions des troupes du grand-duc de Mecklembourg :

Le prince Frédéric-Charles a prescrit au grand-duc de Mecklembourg de poursuivre les colonnes françaises en retraite sur Beaugency.

Pour le grand-duc, comme pour le prince et son état-major, ce ne sont que des troupes en déroute ne pouvant présenter une résistance quelconque.

Cette illusion des états-majors prussiens qui ne se dissipe qu'après les affrontements des 7 et 8 décembre, explique les dispositions prises par le grand-duc de Mecklembourg dans la matinée du 6;

Le grand-duc de Mecklembourg est persuadé que la poursuite des troupes françaises est l'affaire de ses divisions de cavalerie.

Aussi il il étend sa ligne de bataille d'une façon démesurée.
La XXIIe division d'infanterie forme sa droite, le Ie corps bavarois est au centre;
la XVIIe division d'infanterie à gauche.
La IVe division de cavalerie couvre l'aile droite au-delà de Tournoisis.
La IIe division (Stolberg) s'avance à la fois le long de la Loire, et dans l'intervalle qui sépare les bavarois de la XVIIe division.

Toutes ces troupes quittent Orléans le matin du 6, et se dirigent sur les positions qui leur sont indiquées.
(Lambert_)

mlamp1870_atlasgif_9998

boiteverte

Conformément aux ( instructions du 6 décembre) (Chanzy_111r__120) du général Chanzy les troupes rejoignent leurs emplacements réparties sur une ligne de défense d'Ecoman à Meung-sur-Loire.

A 7h du matin, les troupes du 15e corps quittent la Motte-Beuvron. Elles arrivent à Salbris à midi, et l'arrière-garde à 14h.

Ver 15h, le général d'Aurelle reçoit sa révocation de commandant en chef du ministre de la guerre. (Aurelle_353)

Le ministre de la guerre relève le général d'Aurelle de son commandement. (Dépêche du 6 décembre 1870) (Aurelle_354)
Le général d'Aurelle donne réponse au ministre de la guerre en refusant son affectation à Cherbourg. (Dépêche du 6 décembre 1870) (Aurelle_354)


coche verte Combats de Foinard et Meung (rive droite) :

(Romagny_28) (Ducasse_229) (Lehautcourt_9) (Chanzy_109r_118) ( rousset_252) (gfa2_613)
Le général Camô se porte le matin sur Meung, où on lui a signalé la présence de l'ennemi.
Arrivé à Foinard, avant Meung, il trouve son régiment de gendarmerie chargé de la défense de Meung en retraite sur Beaugency.
Ce régiment a été surpris par une forte reconnaissance ennemie (quelques escadrons de la 2e division de cavalerie (Stolberg)).
Le général Camô prend une bonne position et arrête la poursuite de l'ennemi, qui abandonne Meung et n'inquiète plus ce jour-là la 2e armée. (Ducasse_229)

Troupes françaises boiteverte Troupes prussiennes

1e régiment de gendarmerie à pied (six compagnies) de la division Camô.
Puis : colonne du général Camô

boiteverte IIe division de cavalerie (Stolberg), renforcée de la brigade des cuirassiers bavarois, d'un bataillon et d'une batterie à cheval. (Lehautcourt_9)

Dès le début de cet engagement, le général Camô s'était porté avec son gros dans la direction de Meung.
Il occupe Foinard, la Bruère, Langlochère, à cheval sur la route d'Orléans à Blois, en appuyant sa gauche vers la Bourie et Beaumont.

boiteverte Les allemands s'emparent de Meung en repoussant les compagnies de gendarmerie chargées de la défense de la ville.

Cette démonstration suffit pour arrêter l'ennemi.
Celui-ci ne crut même pas pouvoir se maintenir à Meung. (Lehautcourt_9)

boiteverte Bilan : La IIe division de cavalerie se replie sur Saint-Ay et la brigade bavaroise de cuirassiers sur Huisseau (Lehautcourt_9)

mlamp1870_atlas_9989 45_mc_meung_00
Meung

Le combat de Meung fit supposer au général Chanzy que les allemands allaient porter leur effort sur sa droite de façon à le couper de Tours et du centre de la France.
En conséquence, il prescrit à l'amiral Jauréguiberry d'établir avant le jour la 1ere division du 16e corps de Grand-Bonneval à Villorceau, de façon à relier le 17e corps à la colonne Camô.
Avec la division Barry, cette division servirait aussi de réserve sur la droite.
La 2e division du 21e corps (général Colin), remplace celle du général Deplanque à Poisly et à Lorges. (Lehautcourt_9)

ImageVerte centrée

coche verte Positions de l'armée le mardi 6 décembre au soir :
Le 17e corps forme le centre et s'étend de Villorceau par Cravant jusqu'à Lorme.
Le 21e corps reste dans ses positions.
Le quartier-général est à Josnes , à quelques kilomètres seulement en arrière des lignes.
La cavalerie du 16e, de même que celle du 17e corps, doit faire des reconnaissances spéciales et journalières, en se portant très en avant des lignes.
(Lambert_172)

boite verte

Références bibliographiques : Journée du 6 décembre
- d'Aurelle : La première armée de la Loire - page 353
- du Casse : La guerre au jour le jour - page 229
- Chanzy : La deuxième armée de la Loire - page 111
- Lehautcourt : Campagne de la Loire, Josnes, Vendôme, le Mans - page 9
- Rousset : Histoire générale de la guerre franco-allemande - T4 pages 252

livre

boite verte

boite verte    SUITE ...    boite verte