retour haut de page

titre_monuments_clarendon

boite verte

Octobre

Sources : d'Aurelle, de Blois, Chanzy, Chevalier, Crémieux, Ducasse, Glais-Bizoin, Grenest, Aimé Jaÿ, Emile de Keratry, Alexandre Lambert,
Pierre Lehaucourt, P.& V. Margueritte, de la Motte Rouge, G. Mauguin & H. Lachouque, Jules Mazé, Moltke, Pourcet, Puchesse, Rousset

Octobre : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31

boite verte
travaux

Châteaudun Chartres

boite verte

boite verteJournée du 1er octobre 1870 :

Le général de Polhés dispose de 15 bataillons et demi et 6 régiments de cavalerie. (Rousset)
La délégation de Tours émet un décret qui fixe au 16 octobre l'élection des membres de l'Assemblée nationale. (GB_84)

boite verte

boite verteJournée du 2 octobre 1870 :

Décret instituant les cours martiales pour réprimer l'indiscipline des troupes. (Chevalier_63), (Aurelle_30)
Arrivée du général Uhrich à Tours. (Chevalier_71)
Le général de Polhés décide une offensive; la brigade de Longuerue se porte sur Chevilly, la brigade Michel sur Meung.
Le général de Morandy remplaçant le général Bertrand est chargé de la défense de la forêt avec 6 bataillons. (Rousset)
Sur ordre de Tours, la 2e brigade de la 3e division du 15e corps doit rejoindre Epinal. Cette brigade sera remplacée et commandée par le général Martinez. (LMR_34)

boite verte

boite verteJournée du 3 octobre 1870 :

Démission de l'amiral Fourichon en tant que ministre de la guerre. (Crémieux_8)
Crémieux reprend ce ministère par intérim avec le général Lefort pour secrétaire.(Chevalier_74)

boite verte

boite verteJournée du 4 octobre 1870 :

Méconnaissance des positions des allemands. Avant-postes à Toury.
Affaire d'Epernon (route de Rambouillet à Chartres) entre des gardes nationaux et mobiles et la 13e brigade de cavalerie, colonel Von Alvensleben, soutenue par des fractions d'infanterie du 1e bavarois.
A Bourges, le général de la Motte Rouge rencontre les officiers du 15e corps. (LMR_34)
Par décret, le gouvernement de Paris décide le départ du ministre de l'intérieur, Léon Gambetta, pour Tours. (Décret du 4 octobre 1870)

boite verte

boite verteJournée du 5 octobre 1870 :

Combat de Toury : (route de Paris à Orléans)   (Grenest_31)

Troupes françaises

boite verte

Troupes prussiennes
Général Reyau
boite verte
Prince Albrecht
Reconnaissance offensive sur Toury    
Long combat d'artillerie
   

Division de cavalerie Reyau
Brigade de Longuerue
Mobiles du Cher
Tirailleurs algériens

boite verte

IVe division de cavalerie allemande
5000 cavaliers, 2000 fantassins (Puchesse_24)

Bilan : 2 officiers grièvement blessés (6e hussards);
commandant Loysel et sous-lieutenant de Bourgoing
La brigade de Longuerue occupe Toury et Janville
La brigade Michel occupe Creusy

boite verte

Bilan : Retraite sur Etampes

Récit du combat de Toury :
- Grenest : "L'armée de la Loire" tome 1 pages 31 à 38
- Lehautcourt : "Campagne de la Loire, Coulmiers et Orléans", pages 20 à 30
- Moltke : "La guerre de 1870", page 178

image

Reyau transmet un compte rendu de cette journée à la délégation à Tours.
Encouragée par le succès de cette journée, la délégation de Tours prescrit au général de la Motte Rouge le transfert de son QG à Orléans. (LMR_39)
L'agence Havas annonce dans les journaux une victoire française.
Les prussiens évacuent Pithiviers et ses environs (Puchesse_25).
De Moltke s'inquiète de cette situation et attend des informations sur l 'ampleur des troupes françaises sur Orléans.

Combat de Pacy-sur-Eure :    

Troupes françaises

image Troupes prussiennes

Mobiles du général Delarue,
commandant du corps de l'Eure en
formation à Vernon et Evreux,

image Fractions de la IIIe division de cavalerie
commandées par le général-major Von Bredow
 

Le général Borel se rend à Orléans pour faire le point de la situation avec le général de Polhès (LMR_39)

Le général de Polhès reçoit l'ordre de rejoindre Bourges pour organiser les gardes mobiles de la région (LMR_39)

Le général de la Motte-Rouge remplace le général de Polhès à Orléans.

général de la Motte-Rouge
général de la Motte-Rouge

boite verte

boite verteJournée du 6 octobre 1870 :

L'état-major allemand ordonne une offensive sur la Loire : Ordre du 6 octobre du chef d'état-major de la IIIe armée, Blumenthal. (LMR_39)
Moltke ordonne à Von der Tann de marcher sur Orléans par Toury et de repousser les français au sud de la Loire.(Lambert_20)

Von der Tann commande le 1e corps bavarois qui a participé à la bataille de Sedan.
Ce corps a été envoyé sur Paris avec l'armée du Prince Royal. Il est cantonné à Palaiseau.
Von der Tann reçoit en renfort la XXIIe division d'infanterie du XIe corps (Von Wittich) et les 2e, 4, et 6e divisions de cavalerie.(Lambert_21)
Le Ie corps bavarois se dirige sur Arpajon.
La XXIIe division d'infanterie marche sur Montlhéry par Villeneuve et Epinay.
Le flanc gauche est couvert par la IIe division de cavalerie prussienne (comte Stolberg) vers Marolles par Plessy Patay.
Le flanc droit est appuyé par la IVe division de cavalerie prussienne (prince Albrecht) au sud-ouest d'Arpajon.
La VIe division de cavalerie prussienne (Von Schmidt) occupe l'ouest d'Arpajon.

Von der Tann
Von der Tann

Le général de la Motte Rouge quitte Bourges et installe son QG à Orléans.
Il prend la direction supérieure des opérations sur la rive droite de la Loire et ordonne le regroupement des 2e et 3e division à Orléans.
La 1ere division doit occuper Gien et Montargis.
(LMR_41) Ces déplacements seront retardés à cause de problèmes d'acheminements par voie ferrée.
La 1e division est envoyée sur Gien pour gagner ensuite Montargis et Fontainebleau.
(Rousset)

carte
Les troupes chargées de la défense d'Orléans et de la forêt étaient ainsi réparties:
12e régiment de mobiles (Nièvre) et régiment du Cher à Cercottes, à Saran et en ville.
3e bataillon du régiment de la Charente à Bellegarde et Lorris.
deux bataillons du Lot à Loury et lieux voisins.
un bataillon du Loiret (dépôt à Châteauneuf.
(LMR_42)

Ces corps avaient été placés sous les ordres du colonel Morandy, des tirailleurs algériens. Ils étaient chargés de garder la forçat dans toute son étendue. Il faut ajouter à ces troupes le bataillon de tirailleurs algériens et le 29e régiment de marche, régiment de très nouvelle formation, comme tous les corps de mobiles qui viennent d'être mentionnés, et dont la discipline laissait à désirer.(LMR_42)

Seul, parmi les mobiles, le régiment de la Nièvre avait reçu des fusils Chassepot; les autres corps, assez mal outillés, d'ailleurs, en effets de campement, d'équipement et de chaussure, étaient armés du fusil ancien modèle, ce qui leur donnait peu de confiance. (LMR_42)

boite verte

boite verteJournée du 7 octobre 1870 :

Départ de Paris à 11h du matin du ballon l'Armand Barbes; A son bord, Gambetta, Spuller et l'aéronaute Trichet.
Arrivée près de Montdidier à 14h45. (Chevalier_97) Arrivée des zouaves pontificaux à Tours.(Chevalier_67)
Le Ie corps bavarois atteint Arpajon en fin de journée.(Lambert_22)
Affrontement à Ablis (nord-est de Chartres) entre des francs-tireurs et une compagnie bavaroise et un escadron du XVIe hussard prussien.
Le 7 au matin, lorsque le général Reyau se porta avec la cavalerie sur Pithiviers, les mobiles du 12e régiment (Nièvre) et une partie de ceux du Cher reçurent l'ordre d'aller occuper les positions d'Artenay et de Chevilly;
le 12e de mobiles fut même porté jusqu'à Toury. Ces troupes étaient placées sous les ordres du lieutenant-colonel de Bourgoing, du 12e de mobiles. (LMR_42)
Reconnaissance sur Pithiviers (division Reyau, brigade Michel, tirailleurs algériens, 29e de marche) pour évaluer les forces prussiennes sur Malesherbes et Etampes. (LMR_41)

boite verte

boite verteJournée du 8 octobre 1870 :

A cette date, le général von der Tann avait sous ses ordres les troupes suivantes : Le Ie corps bavarois à 4 brigades, la XXIIe division prussienne, les IIe, IVe et VIe divisions de cavalerie.
Soit un total de 35 bataillons, 86 escadrons, 29 batteries, c'est-à dire environ 25000 fantassins, 12000 cavaliers et 174 pièces.
(LMR_46)
La XXIIe division incendie Ablis.
Von der Tann avec le Ie corps bavarois quitte Arpajon et marche sur Etampes. La IIe division de cavalerie rejoint la IVe près d'Angerville.(Lambert_22)
Escarmouches de Marolles (sud d'Etampes), entre des corps francs et la 2e division de cavalerie, lieutenant-général Von Stolberg.
Les généraux de Polhès, Borel et de la Motte-Rouge se rendent par chemin de fer à Tours. Ils assistent vers midi à une réunion avec l'amiral Fourichon, les généraux Fiéreck et d'Aurelle.
La marche sur Paris est considérée comme impossible au vu de l'état général des troupes. (LMR_45)

boite verte

boite verteJournée du 9 octobre 1870 :

Gambetta arrive à Tours à midi.

"Toute l'armée de la Loire sur Paris !"

Gambetta
Gambetta

Arrivée de Garibaldi à Tours.(Chevalier_99)
La XXIIe division occupe Etampes.(Lambert_23)
A 6 heures et demie du matin, les allemands prenaient la direction d'Orléans sur trois colonnes, dans l'ordre suivant :
Au centre, sur la route de Paris, les 1ere et 2e brigades bavaroises et la division prussienne;
A droite, la 3e brigade couverte, en avant et sur ses ailes, par la IVe division de cavalerie et les cuirassiers bavarois ;
A gauche, la 4e brigade couverte par la 2e division de cavalerie.
De nombreuses escarmouches eurent lieu avec les francs-tireurs qui couvraient le front des lignes françaises à Rétreville, Angerville, la ferme de la Vallée, Nord, Guigneville, etc.
Le soir, le 1e corps bavarois cantonnait dans le triangle Baudreville, Ourville, Allainville.
La 4e division de cavalerie atteignait Neuvy-en-Beauce; la 2e, Outarville.
(LMR_47)


La cavalerie prussienne arrive à Angerville au matin.(Lambert_23)

Combat d'Angerville :    

Troupes françaises

image

Troupes prussiennes
Francs-tireurs : les Partisans du Gers image cavalerie prussienne et
avant-garde du corps bavarois
Bilan: un tiers est fait prisonnier image Bilan: Prise du village vers midi
Angerville
Angerville

Les bavarois retardés par ce combat n'arrivent à Toury qu'en fin de journée.(Lambert_24)
La division de Polhés se retire sur Orléans par Chilleurs-aux-Bois et Loury, menacée par la 2e division de cavalerie.(Lambert_24)
Le général de la Motte-Rouge, prévenu de la marche de l'ennemi, prescrivit immédiatement, par le télégraphe, au général Reyau d'avoir à se replier dans la journée même sur Artenay, Creusy et Chevilly, avec le bataillon de tirailleurs algériens et le bataillon du 29e de marche qui étaient avec lui.
La brigade Dastugue, dont une reconnaissance dans la direction de Malesherbes avait essuyé quelques coups de canon dans la journée, reçut l'ordre de conserver Pithiviers avec les mobiles de la Charente et de n'évacuer cette position que devant des forces supérieures qui rendraient la position intenable.
Le général Morandy devait reprendre le commandement des troupes de la forêt, et en cas d'attaque, y faire la plus vive résistance.
Au reçu de cet ordre, le général Reyau fit ses dispositions de départ et, vers les 5 heures du soir, il mettait sa colonne de cavalerie en route pour Neuville, où il arrivait vers 10 heures, s'y reposait 4 heures, dirigeait de ce point la brigade de Longuerue avec l'infanterie sur Artenay, la brigade Michel sur Creusy, et, de sa personne, se rendait avec la brigade de cuirassiers à Chevilly.
Dans cette même soirée du 9, les régiments de mobiles de la Nièvre et du Cher, informés de l'approche de l'ennemi, se repliaient aussi sur Chevilly et Cercottes.
Le général Peytavin, commandant la 3e division, était arrivé dans la journée avec quelques bataillons qui furent campés en avant du faubourg Saint-Jean, dans la direction des Ormes.
Pour rester plus à proximité de ses troupes, cet officier général établit son quartier général à la tête du faubourg. (LMR_48)
La 1e division du 15e corps (général des Pallières) formée à Nevers reçoit l'ordre de se diriger sur Gien. Les 2e et 3e divisions doivent rejoindre Orléans. (LMR_46)

boite verte

boite verteJournée du 10 octobre 1870 :

Gambetta prend le ministère de la guerre (en plus de celui de l'intérieur).
Il apporte un décret du gouvernement de Paris qui annulle l'élection des membres de l'Assemblée nationale prévue pour le 16 octobre.
Il congédie le général Lefort, malade, et le remplace par M. de Freycinet en tant que délégué à la guerre. (GB_87)
Les bavarois arrivent vers 10h sur Artenay. Les français occupent la ligne Arthenay - Patay. (Lambert_24)

Combat d'Artenay :   (Grenest_40)

Troupes françaises

image

Troupes prussiennes
Brigade Michel : 2e et 5e lanciers,3e dragons
Brigade de Longuerue : 6e hussards, 6e dragons
12e mobiles de la Nièvre
Un bataillon de mobiles du Cher
Chasseurs du 4e bataillon de marche
Chasseurs du 8e bataillon de marche
29e de marche
Tirailleurs algériens
image Général Von der Tann,
2 divisions du 1e corps bavarois
XXIIe d'infanterie
Les troupes se replient en ordre sur Orléans couvertes par deux régiments de zouaves qui défendent Artenay.   80 pièces d'artillerie sont établies à Poupry
La 2e division de cavalerie s'avance sur la droite.
La IVe division de cavalerie s'avance sur la gauche.

Bilan : un millier de soldats faits prisonniers
Les forces françaises couvrent Orléans

image

Bilan: Prise d'Artenay vers 16h
Von der Tann y établit son QG
image
Artenay
Artenay

Récit du combat d'Artenay du 10 octobre :
- La Motte Rouge page 49 à 57, Grenest tome 1 pages 40 à 51
- Lehautcourt : "Campagne de la Loire, Coulmiers et Orléans", pages 31 à 43
Consulter : Rapport du commandant en chef du 15e corps image
Consulter : Rapport du chef d'état-major du 15e corps image

image

La XXIIe division (Von Wittich) occupe Poupry. (Lambert_25)

boite verte

boite verteJournée du 11 octobre 1870 :

6h du matin : Offensive des colonnes allemandes :
1e brigade bavaroise en réserve
extrème droite : IVe division de cavalerie vers la Loire pour couper la route de Beaugency
droite : XXIIe division se dirige sur Orléans par Sougy, Huêtre, Boulay et Ormes
centre : 2e brigade bavaroise à droite de la grande route, 3e et 4e brigades bavaroises sur la route de Chevilly
gauche : 2e division de cavalerie vers la forêt d'Orléans
(Lambert_26)

Côté français :
Au centre : La légion étrangère défend la route de Paris, Les Aydes et le faubourg Bannier. (Puchesse_27)
A gauche : La XXIIe division se heurte aux troupes françaises (volontaires de l'ouest, 27e de marche, 10e batterie d'artillerie).
Elle occupe bientôt Saran puis Saint-Jean-de-la-Ruelle et enfin le faubourg Saint-Jean. (Puchesse_27)
La XXIIe division établit son artillerie sur les hauteurs d'Ingré et bombardent la ville vers 17h.
Echange de feu d'artillerie durant 5 heures. (Lambert_27)
A droite : Les mobiles de la Nièvre et le 3e bataillon du 39e de ligne défendent la gare des Aubrais. (Puchesse_27)

Violentes fusillades sur tous les fronts sous un bombardement intensif.

image
Erstürmung des eisenbahndammes vor Orléans durch das I. Bayrische corps am 11. oktober 1870 - Chr. Speyer

Prise d'Orléans :   (Chevalier_109)

Troupes françaises

image Troupes prussiennes

7600 hommes dont :
27e de marche
3e bataillon du 39e de ligne
5e bataillon de marche des chasseurs à pied
mobiles de la Nièvre
un bataillon de la légion étrangère (1350)
volontaires de l'ouest (160)

image

Général Von der Tann,

40000 bavarois et prussiens

Pertes : 2000 hommes hors de combat
légion étrangère :(600 tués ou blessés, 250 prisonniers)
volontaires de l'ouest (15 tués)
 

Pertes : Les bavarois ont perdu 45 officiers et 969 hommes de troupe,
la XXIIe division, 14 officiers et 223 hommes.(_)

Bilan : Retrait d'Orléans

image

Bilan : Occupation d'Orléans
La Sablière
La Sablière

Vers 18h, le maire de la ville demande l'arrèt des bombardements, annonçant l'évacuation des troupes françaises. (Lambert_27)
Après avoir brûlé une trentaine de maisons dans les faubourgs, les prussiens entrent dans Orléans vers 19h. (Puchesse_28)
Vers 23h, Von der Tann entre dans Orléans.
Le général de la Motte-Rouge fait retraite sur la rive gauche de la Loire par la Ferté-Saint-Aubin et établit son QG à Lamothe-Beuvron.
Von der Tann va s'établir à Orléans. (Lambert_27)
Les divisions de cavalerie vont effectuer des reconnaissances sur Vierzon et Bourges ainsi que sur les deux rives de la Loire. (Lambert_28)
La ville doit payer une contribution de deux millions de francs et assurer l'intendance pour le corps bavarois et la XXIIe division prussienne.(Lambert_29)

 Aydes
Un épisode du combat des Aydes (11 octobre 1870) - La mort du commandant Arago.
Peinture signée : Lichy-Baudoin
Monument des Aydes
Monument des Aydes

Récit du combat d'Orléans du 11 octobre :
- La Motte Rouge page 58 à 64, Grenest tome 1 pages 52 à 92,
- Auguste Boucher : "Combat d'Orléans", Orléans - Herluison 1897
- Lehautcourt : "Campagne de la Loire, Coulmiers et Orléans", pages 44 à 59
- Moltke : "La guerre de 1870", page 179
Consulter : Rapport du commandant en chef du 15e corps image
Consulter : Rapport du chef d'état-major du 15e corps image

image

Le général de la Motte-Rouge est relevé de son commandement par Gambetta. (Dépêche du 11 octobre 1870), (LMR_81)
Le général d'Aurelle de Paladines est nommé au commandement du 15e corps d'armée. (Aurelle_3)

boite verte

boite verteJournée du 12 octobre 1870 :

La 2e division de cavalerie est en reconnaissance en Sologne.
La 4e division de cavalerie explore les deux rives de la Loire. (Lambert_28)
Les troupes du général de la Motte-Rouge stationnent sur une position fortifiée vers Salbris sur la rive gauche de la Sauldre. (Lambert_41)
Le général d'Aurelle de Paladines prend possession de son commandement à la Ferté-Saint-Aubin. (Aurelle_3)

boite verte

boite verteJournée du 13 octobre 1870 :

Paris : Combats de Bagneux, Châtillon et Clamart.

Le gouvernement de Tours nomme le général d'Aurelle de Paladines au commandement des 15e et 16e corps ainsi qu'aux commandements supérieurs régionaux de l'Ouest et du Centre. (Dépêche du 13 octobre 1870). (Aurelle_8)
Le général d'Aurelle de Paladines accepte le commandement des 15e et 16e corps mais refuse celui des commandements supérieurs régionaux.
(Dépêche du 13 octobre 1870) (Aurelle_10)
Création de la 1e armée de la loire;
L'effectif est de 60000 hommes.
D'autres corps sont en formation ; les 17e, 18e, 20e ainsi que le 16e corps (Pourcet) entre Blois et Vendôme. (Lambert_41)

Aurelle
d'Aurelle de Paladines

Départ de Garibaldi de Tours. (Chevalier_106)

boite verte

boite verteJournée du 14 octobre 1870 :

Deux brigades prussiennes occupent Beaugency et les villages de Jargeau et Sully.Départ de Paris de M. de Kératry sur le ballon monté Godefroy_Cavaignac.
Départ de Paris de M. Ranc, directeur de la Sûreté générale, sur le ballon monté Guillaume-Tell.
(Chevalier_82)

boite verte

boite verteJournée du 15 octobre 1870 :

Toutes les troupes françaises qui s'étaient rallié sur La Ferté-Saint-Aubin se déplacent sur La Motte-Beuvron. (Aurelle_12)
Arrivée à Tours du général Pourcet, parti d'Alger le 8. (Pourcet_4)
Arrivée à Tours du général Bourbaki. Gambetta lui donne le commandement de supérieur de la région du Nord. (Chevalier_121)

image Combats de Varize et Civry.
600 soldats prussiens refoulent la résistance désespérée de la garde nationale. Ils pillent et incendient les maisons.

 Varize
Varize

Récit des combats de Varize et Civry :
- L.D. Coudray : "Défense de Châteaudun" Pouillier Vaudecraine, Châteaudun, 1871 image

image

boite verte

boite verteJournée du 16 octobre 1870 :

Sur ordre de Versailles, la XXIIe division se met en marche pour Saint-Péravy vers Châteaudun. Cette ville était occupée par les français.
La IVe division de cavalerie, laissant quelques détachements dans les villages du bord de Loire, se porte aussi sur Saint-Péravy.
Arrivée à Blois du général Pourcet (Pourcet_15)
La 1ere brigade de cavalerie (général Tripart) quitte Blois pour Mer. (Pourcet_16)
Suite à la dépêche de Gambetta , les généraux d'Aurelle et Borel décident d'établir un camp à Salbris pour couvrir Vierzon et Bourges. (Aurelle_13)

boite verte

boite verteJournée du 17 octobre 1870 :

Le 15e corps vient s'établir à Salbris dans le but de couvrir Vierzon et Bourges. L'armée se réorganise. (Aurelle_15)
Positions des troupes :
La 1e division (des Pallières) et la brigade d'Astugue sur Argent.
La 2e division (Martineau des Chenez) sur Pierrefitte.
La brigade de cavalerie Michel sur Sainte-Montaine.
La 3e division (Peytavin), la division de cavalerie Reyau, parc d'artillerie, ainsi que les services administratifs sur Salbris.

image

La XXIIe division d'infanterie et la IVe division de cavalerie quittent Orléans. (M&L_13)
La XXIIe division et la IVe division de cavalerie arrivent près de Châteaudun et font campement entre les villages de Saint-Cloud et Ozoir-le-Breuil.
Un ancien officier polonais, le colonel Lipowski commande depuis le 7 octobre les corps de francs-tireurs occupant Châteaudun.
Il organise avec les habitants la défense de la ville en vue d'une attaque imminente. (Lambert_30)
Nomination officielle du général Pourcet au commandement du 16e corps d'armée. (Pourcet_5)
Le 3e bataillon de marche de chasseurs à pied part en train pour Mer et prend position à Saint-Laurent-des-Eaux. (Pourcet_16)

boite verte

boite verteJournée du 18 octobre 1870 :

La XXIIe division se dirige sur Châteaudun; Répartition de l'offensive :
La 1e brigade (43e Kontzki) à l'Est ayant pour objectif la gare de chemin de fer.
La 2e brigade par le sud avec l'artillerie.
La IVe division de cavalerie à l'ouest.
Le combat commence par des affrontements d'avant-postes. La canonnade débute vers 14h
(Lambert_31)

Troupes françaises

image Troupes prussiennes
Lipowski et de Testanières image Général Von Wittich
Violentes fusillades; Francs-tireurs et gardes nationaux défendent chaque rue pied à pied.
Vers 3h du matin les dernières troupes de Lipowski quittent la ville et se retirent sur Brou.

image

Guérilla urbaine sous un bombardement incessant.

Bilan : 96 otages et contribution de 200 000 francs

image

Bilan: Prise de Châteaudun

Un tiers de la ville en ruines. 235 maisons incendiées.

 peinture

 Châteaudun
Châteaudun
image
 Châteaudun
Châteaudun

 peinture
Erstürmung von Châteaudun am 18. oktober 1870 - A. Hoffmann

Documents sur le combat de Châteaudun :

Récits :
- Grenest : "L'armée de la Loire" tome 1 pages 119 à 195
- Chevalier : "Tours capitale" pages 115 à 120
- Lambert : "Les campagnes de la Loire", pages 29 à 33
- Moltke : "La guerre de 1870", page 185
- Lehautcourt : "Campagne de la Loire, Coulmiers et Orléans", pages 74 à 81

_________________________

Références bibliographiques

image

boite verte

boite verteJournée du 19 octobre 1870 :

La brigade Deplanque doit assurer la défense de la forêt de Marchenoir. (Pourcet_5)

boite verte

boite verteJournée du 20 octobre 1870 :

Le général Pourcet informe le général d'Aurelle de la situation du 16e corps en formation à Blois.
( Lettre du 18 octobre 1870) (Aurelle_18)

Les 15e et 16e corps sont de manière effective réunis sous le commandement du général d'Aurelle. (Aurelle_22)
(Lettre du 20 octobre 1870)

La XXIIe division se dirige sur Vitraye par Bonneval.
Le soir son QG est à Vitraye. La cavalerie sur Saint-Loup.
Le général Chanzy est promu au grade de général de division (Pourcet_5)

boite verte

boite verteJournée du 21 octobre 1870 :

Paris : Combat de la Malmaison Thiers revient de sa mission dans les capitales européennes.
La 22e division poursuit sa marche sur Chartres.
A Chartres, les troupes françaises sont constituées de détachements de mobiles armés de fusils anciens.
La défense n'est pas envisagée par les autorités locales qui font évacuer ces troupes de la ville.
La XXIIe division et la IVe de cavalerie entrent à Chartres vers 15h.
Le soir même, par un émissaire, Von Wittich rendait compte de sa situation au Prince Royal à Versailles.

 Chartres
Chartres

Le gouvernement de Tours, menacé par l'occupation d'Orléans, demande l'envoi de troupes sur Blois. (Aurelle_27)
(Dépêche du 21 octobre 1870) Le général d'Aurelle envoie la 1e brigade de la 3e division sur Blois. (Aurelle_28)
(Dépêche du 21 octobre 1870) Le général d'Aurelle ordonne le déplacement de la 2e division de Pierrefitte sur Salbris. (Aurelle_29)
Le 16e corps (Pourcet) est entre Blois et Vendôme;
A gauche sur le Loir : les francs-tireurs de Lipowski.
A droite sur la Loire : les volontaires de Vendée de Cathelineau occupant le château de Chambord. (Lambert_42)
Le général Fiéreck est chargé de la défense du Perche et du Mans. (Lambert_43)
Le 1e corps bavarois occupe Orléans. La 2e division de cavalerie explore le sud d'Orléans jusqu'à Lamotte-Beuvron
La XXIIe division d'infanterie et la IVe division occupent Châteaudun et chartres. (Lambert_43)
Emile de Keratry présente son projet d'armée de secours à Gambetta (Lettre du 21 octobre 1870) (Keratry_10)

boite verte

boite verteJournée du 22 octobre 1870 :

Gambetta signe le décret pour la création des forces de Bretagne commandées par Emile de Keratry ( Décret du 22 octobre 1870) (Jay_15)

boite verte

boite verteJournée du 23 octobre 1870 :

Emile de Keratry lance un appel à la mobilisation des départements de l'ouest. ( Proclamation du 23 octobre 1870) (Jay_33)

boite verte

boite verteJournée du 24 octobre 1870 :

Un conseil de guerre se tient à Salbris; le but est de définir un projet pour délivrer Orléans. Il est retenu de mener une offensive en partant de Blois. (Aurelle_38)
En vue de la libération de Paris , il est décidé une offensive de l'armée de la Loire pour reprendreOrléans.
Cette opération organisée et dirigée par le général d'Aurelle de Paladines est planifiée pour la fin octobre.
L'opération prévoit : une attaque de la 1e division du 15e corps par l'est de la ville simultanément avec une attaque des 2e et 3e divisions du 15e corps avec le 16e corps par l'ouest et le nord-ouest de la ville. (Lambert_44)

boite verte

boite verteJournée du 25 octobre 1870 :

A Tours, Gambetta reçoit les généraux d'Aurelle et Borel; On confirme le projet d'offensive sur Orléans prévue pour le 31 octobre. (Aurelle_41_44)
Le général d'Aurelle informe le général Martin des Pallières des mouvements prévus, (lettre du 25 octobre 1870). (Aurelle_43)
Les 2e et 3e divisions du 15e corps sont déplacées de Vierzon à Blois par chemin de fer. (Lambert_44)

 carte

Le général Von der Tann demande en vain des renforts à l'état-major à Versailles. (Lambert_45)

Engagement sur Binas :   (Aurelle_54)
Affaire d'avant-postes    

Troupes françaises

boite verte

Troupes bavaroises

Une compagnie des francs-tireurs de Saint-Denis,
38 hommes, commandant Liénard

boite verte

Forte reconnaissance de la 2e division de cavalerie,
lieutenant général Von Stolberg
200 cavaliers, 200 fantassins, 2 pièces de canon

Les francs-tireurs sont tous, ou tués, ou grièvement blessés.

boite verte

 
Bilan : 14 tués, 23 blessés   Bilan : 137 tués, un grand nombre de blessés

 

Récit de l'engagement de Binas du 25 octobre :
- Denis Erard : "Souvenir d'un mobile de la Sarthe", page 6

boite verte

 

 peinture
Combat de Binas par Sicard

Binas
Binas

boite verte

boite verte Journée du 27 octobre 1870 :

Le général d'Aurelle quitte Salbris et arrive à Blois vers 17h. (Aurelle_53)
Escarmouche d'Anet (au nord de Dreux) entre des corps irréguliers et la 6e division de cavalerie, général-major Von Schmidt.
Capitulation de Metz.
L'armée du prince Frédéric-Charles se trouve libérée du siège de Metz. Elle pourra désormais renforcer les troupes offensives au Nord , à l'Est et sur la Loire.
Freycinet définit le projet de camp retranché sur Orléans. (Lettre du 27 octobre 1870) (Aurelle_132)

boite verte

boite verte Journée du 28 octobre 1870 :

Les troupes du 15e corps, arrivées à Blois rencontrent de nombreuses difficultés pour se regrouper et se réorganiser. (Aurelle_60)
Le général d'Aurelle est obligé de retarder l'offensive sur Orléans. Il en informe Freycinet qui lui confirme le report. (Lettre du 29 octobre 1870)
Dans la soirée, le général Tripart informe le général d'Aurelle de la capitulation de Metz. (Aurelle_68)
Départ de Thiers, accompagné de MM. de Rémusat et Cochery, depuis Tours pour Orléans

boite verte

boite verte Journée du 29 octobre 1870 :

Départ de Thiers depuis Orléans pour Versailles.
Le général d'Aurelle définit les emplacements devant être occupés par les troupes. (Ordre général du 29 octobre 1870). (Aurelle_64)

 carte

boite verte

boite verte Journée du 30 octobre 1870 :

Journée de combat au Bourget.

Arrivée de Thiers à Versailles. Il se rend le jour même à Paris, au ministère des affaires étrangères et assiste à un conseil de gouvernement.
Le général d'Aurelle quitte Blois et porte son QG à Mer. (Aurelle_65)

La capitulation de Metz est officiellement annoncée à la population française. (Aurelle_69)

boite verte

boite verte Journée du 31 octobre 1870 :

Après concertation avec les membres du gouvernement, Thiers se rend à Versailles pour négocier avec les représentants de la Prusse.

Journée de mouvements révolutionnaires à Paris

boite verte    SUITE ...    boite verte