retour haut de page

titre_troupe

boite verte

Jamais les Prussiens n'viendront
Manger la soupe en Bretagne
Jamais les Prussiens n'viendront
Manger la soupe aux Bretons

 2020 mp_cpa_d_9999_conlie_72

sigle_stop En dehors d'une utilisation personnelle, toute forme de diffusion des textes, images
et photos pour un usage commercial ou non est soumise à l'autorisation de l'auteur.
sigle_stop


.


Pendant la guerre de 1870, 50 000 mobilisés bretons sont rassemblés dans un camp insalubre à Conlie dans la Sarthe. Ils ne seront ni armés, ni instruits à la vie militaire et fort mal équipés.
La grande majorité d’entre eux sera renvoyée en Bretagne au bout de quelques mois sans avoir combattu.
Plusieurs bataillons seront envoyés au combat, mais Gambetta fera porter à ces Bretons la responsabilité de la défaite française au Mans en janvier 1871.
La commission d’enquête sur les actes du gouvernement de la défense nationale ne débouchera sur aucune poursuite.
Cet épisode absent des manuels d’histoire va donner lieu à des rumeurs et désinformations qui vont sévir pendant des décennies. Elles vont s’amplifier avec des assertions outrancières diffusées sur internet.
Ce texte a pour but de faire un peu de lumière sur cette affaire en tentant d’apporter quelques éléments de réponse à partir des documents d’époque.

boite verte

boite verte La levée en masse
barre de titre

Après le désastre de Sedan le 2 septembre où l'empereur est fait prisonnier, la République est proclamée sous la présidence du général Trochu.

Léon Gambetta, membre du Gouvernement de la Défense Nationale demeurant dans Paris assiégé, est partisan de la "guerre à outrance". Il quitte Paris en ballon et rejoins Tours où il organise la levée en masse. Il espère pouvoir préparer les troupes disponibles en province à une contre-attaque générale afin de secourir Paris encerclé et repousser l'occupant.

Originaire de Ploaré en Douarnenez, Emile de Kératry, ancien préfet de police de Paris, a également quitté Paris en ballon et rejoint Gambetta à Tours. Convaincu du bien-fondé de la poursuite de la guerre, il propose à Gambetta le recrutement et la formation de 50000 mobilisés de l'ouest afin de former une armée de Bretagne qui viendra renforcer l'armée de la Loire pour tenter de délivrer Paris de l'étreinte allemande.

boite verte

boite verte Le site de Conlie
barre de titre

C’est par une lettre datant du 21 octobre que Kératry présente son plan détaillé à Gambetta.
Il est accepté, et le 22 octobre le gouvernement décrète la création des « Forces de Bretagne » sous le commandement de Kératry, nommé général de division auxiliaire. Un crédit de huit millions lui est alloué pour organiser et équiper cette armée.
Le décret précise que cette troupe doit se composer des gardes mobiles disponibles, des mobilisés et des corps francs de Bretagne.
Kératry avait souhaité étendre ce recrutement à la Mayenne et à la Sarthe, mais le recrutement fut fixé aux seuls départements bretons.
A l’origine, Kératry pensait implanter le camp à l’est du Mans et avait prévu des retranchements protégeant à la fois le camp et la ville.
Vraisemblablement il aurait occupé le plateau d’Auvours.
Ce choix ne fut pas retenu car M. de Loverdo, du bureau de la guerre à Tours, le prévint que le Mans de devait pas être défendu.
Kératry choisit alors une position en arrière de la ville.
Il décide finalement d’établir le camp sur sur le site de la Jaunelière qui domine les environs. C'est une colline proche de la commune de Conlie, à 25 km du Mans.
Il visite la commune et le site du futur camp accompagné par le Docteur Répin, maire de Conlie.
Puis, avec l'aide des préfets de Bretagne, il adresse un appel à la mobilisation en souhaitant rassembler le plus grand nombre au cri de « Dieu et Patrie ! » et parcourt la Bretagne pour accélérer le recrutement des mobilisés.

Kératry mp_tex_9951_keratry_231070

Pendant ce temps le colonel Rousseau, chef du génie, dirige les travaux de l'enceinte fortifiée du camp prévu pour contenir 40 à 50 000 hommes.
Le maire de Conlie, le docteur Répin, mobilisa tout ce qui pouvait servir d'hébergement pour accueillir la foule d'ouvriers accourus des départements voisins pour travailler aux fortifications du camp.

Conlie mp_pho_6377_conlie_72
La colline de la Jaunelière
Conlie mlamp1870_g_po_0001_
Emile de Kératry

boiteverte

boiteverte Les désillusions
barre de titre

Les premiers contingents arrivent à Conlie le 3 novembre et leur rangs dépasseront le nombre de 25000 au 21 novembre. La pénurie de tentes, de couvertures et d'objets de campagne se fait vite sentir devant le nombre grandissant des arrivants.
Vêtus pour la plupart misérablement, chaussés de sabots et ne parlant pas français, ils connaissent les premières désillusions.
Pour comble de malheur, la pluie incessante transforme en bourbier les terrains désignés pour servir aux campements et empêchent tout exercice.
Le 20 novembre, les fortifications du camp sont presque achevées. On attend la livraison d'armes provenant d'un surplus de la guerre de sécession acheté aux USA.
Mais les armes n'arrivent toujours pas et le manque de cadres instructeurs ne permet pas de contrôler tous ces hommes livrés à l'oisiveté, l'ennui et le découragement.

Alors que les approvisionnements en armes et munitions sont retardés ou détournés, Kératry comprend que Gambetta et son entourage suspectent l'armée de Bretagne d’être hostile à la république. Les hommes sont au désespoir, souffrant du froid et de l’humidité. Sans instructeurs et mal équipés, ils se sentent abandonnés. Bientôt la maladie s'installe. A une épidémie de variole s'ajoutent les cas de pneumonie et de bronchite.

Conlie cpa_9780_conlie_72
Ferme de la Jaunelière qui servit de quartier général
Conlie mlamp1870_g_po_0002

boiteverte

point rouge Témoignage de l'historien Arthur de la Borderie :

«... Aux brumes et aux premières pluies d'hiver avaient succédé les glaces, les neiges, le verglas, et ensuite d'affreux dégels, dont les eaux ruisselantes, inépuisables, ne pouvant être absorbées par un sous-sol argileux , détrempaient si complètement la couche supérieure du sol, que cet humus semi-liquide, remué déjà par un labour récent, délayé par les pieds de cinquante mille hommes, finit par former un vrai cloaque.
On n'y pouvait faire un pas sans enfoncer à mi-jambe. Non seulement l'exercice y était impossible, mais les corvées indispensables pour les vivres, l'eau, le bois, la paille, y devenaient d'une difficulté extrême.
L'humidité pénétrait sous toutes les tentes, dont plusieurs furent envahies, en diverses circonstances, par de véritables inondations...»

Conlie mp_pho_6372_conlie_72

boiteverte

boiteverte L'intervention de St-Calais
barre de titre

Le 24 novembre, 4000 carabines Spencer sont livrées au camp mais avec des munitions d'un calibre inadéquat. Kératry rencontre Gambetta au Mans.
Celui-ci lui donne l'ordre de rassembler 10000 hommes pour marcher sur St-Calais et venir en renfort contre l'armée du Duc De Mecklembourg.
Les bataillons les plus disponibles au camp de Conlie sont envoyés à Yvré-l'Evêque le 24 novembre; ils constituent une division de marche.
Ils se portent en reconnaissance le 26 sur Bouloire sans engagement avec les prussiens.
Le 27 novembre 1870, Gambetta intègre l’armée de Bretagne au 21e corps dirigé par le général Jaures. Ce même jour, Kératry qui ne veut pas être subordonné à Jaures, démissionne de son commandement de l'armée de Bretagne.
Il laisse le commandement du camp de Conlie au général Le Bouedec et celui de la division de marche au général Gougeard.
La division de marche devient la 4e division du 21e corps.
Le général Marivault succéde à Kératry le 12 décembre.
Celui-ci, effaré devant l'état des troupes décide contre l'avis de Gambetta, l'évacuation partielle du camp.
L'état des bataillons rentrant en Bretagne soulève l'indignation générale.

Conlie mp_pho_6376_conlie_72

A consulter : Division de Bretagne

boiteverte

boiteverte La bataille du Mans
barre de titre

Il reste six bataillons de mobilisés (6600 hommes) à Conlie, que l'on réquisitionne en renfort pour couvrir les abords du Mans sur Pontlieue.
Le 10 janvier, la veille de la bataille du Mans, on leur fournit des fusils à percussion Springfield en mauvais état. Voir Annexes 6 .
Très affaiblis par les privations, sans instruction militaire et mal armés, les Bretons ne constituent pas une troupe solide. Le 11 au soir, les Prussiens mènent une offensive déterminante sur la position de la Tuilerie.
Les affrontements ont lieu dans une grande confusion. Les mobilisés bretons et les troupes régulières ne peuvent plus tenir les positions et se retirent sur Pontlieue.
Le général Chanzy ordonne la retraite et rend compte de la défaite à Gambetta. Celui-ci communique l'information aux préfets en faisant porter aux Bretons la responsabilité de ce revers.
Dans les jours qui suivent, le plus grand désordre va régner sur le camp de Conlie avec le passage des hordes de soldats, en déroute après la défaite du Mans.

point rouge Observations d'un journaliste du Times:
«... L'aspect des troupes que j'ai rencontrées aujourd'hui était déplorable.
Leurs armes rouillées paraissaient hors d'état de servir. Plusieurs marchaient sans chaussures, un grand nombre paraissaient exténués et leur cavalerie était dans un état pire que l'infanterie s'il est possible. Bien souvent, c'est le cavalier qui aide le cheval à avancer...»

Le 14 janvier au soir les prussiens sont à Conlie et occupent le camp abandonné en grande hâte.
Impressionnés par les moyens mis en oeuvre, ils décident de détruire le camp qui peut encore offrir aux français un point d'appui et font sauter les fortifications.
L'occupation prussienne de la commune de Conlie ne s'achèvera que le 6 mars 1871.

boiteverte


ANALYSE

boiteverte

Le scandale de cette affaire et l'indignation en bretagne repose sur le fait qu’on a rassemblé autant d’hommes pour en faire une armée, que ces hommes n’ont jamais eu la préparation suffisante et qu'il furent finalement couverts d'opprobre.

La question se pose de savoir quelles sont les causes de cette mauvaise préparation, et qui en sont les responsables.

La lecture des documents d'époque, des témoignages et des dépositions devant la commission d'enquête permettent un éclairage de ce dossier extrèmement complexe.
Pour autant on y trouve aussi des contradictions, des divergences d'opinions ainsi que quelques malentendus.

boiteverte

boiteverte L’ambiguïté du décret du 22 octobre
barre de titre

Dans la description de son plan du 21 octobre, Keratry précisait ses demandes à Gambetta :

Pour que mon commandement ne soit pas illusoire, et pour que j'aie en mains l'instrument nécessaire, je réclame tous pouvoirs, ne relevant que du gouvernement lui-même, pour lever, équiper, enrégimenter, nourrir et diriger les contingents utiles qui restent disponibles à l'heure actuelle dans les départements de l'Ouest ... Pour arriver au but proposé, je composerai le corps d'armée des gardes mobiles restant encore dans lesdits départements, de leurs gardes nationaux mobilisés ; j'ai un besoin absolu, pour m'éclairer, de deux escadrons de cavalerie régulière, à 150 chevaux par escadron, de deux mille hommes d'infanterie régulière comme noyau de résistance. L'effectif devant s'élever, j'espère, à une quarantaine de mille hommes, j'ai besoin de seize batteries de 12 rayé et de quatre batteries de 4 rayé ; ce qui fait un total de cent vingt canons, soit trois pièces par mille hommes, proportion adoptée par les Prussiens. En outre, je pourrai requérir dans les arrondissements maritimes les marins qui me seront nécessaires, soit pour le service des pièces de marine que j'établirai autour du Mans, soit pour le service de mes pièces de campagne, à défaut d'artilleurs de terre. J'aurai le choix libre des officiers de l'armée régulière qui demanderont à me suivre, et qui sont aujourd'hui sans emploi.

Ce projet tout à fait singulier fut validé le lendemain par Gambetta.

Le décret du 22 octobre donnant naissance à l’Armée de Bretagne stipulait :

« Art. 1. - M. de Kératry est chargé du commandement en chef des gardes mobiles actuelles, des gardes nationaux mobilisés et corps francs des départements de l'Ouest : Finistère, Morbihan, Côtes-du Nord, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure ...
Art. 2. - M. de Kératry, investi de tous pouvoirs pour organiser, équiper, nourrir et diriger ces forces qui prendront le nom de Forces de Bretagne, ne relèvera que du ministre de la Guerre ...
Art. 5. - Un crédit de 8 millions, spécialement affecté à l'armée de Bretagne, est ouvert au commandant en chef. L'armée de l'Ouest jouira , en outre, de la solde et des vivres de campagne réglementaires, à partir du jour où chaque corps ou fraction de corps aura été mis en mouvement. ».

Mais que signifient exactement les termes « équiper » et « organiser » ?
Pour M. de Freycinet ces termes comprenaient l'armement et l’équipement des hommes. (annexe 5-1 ).
Ce n'était pas la conception de Kératry. (annexe 8-2 )

Selon Carré-Kérisouet c’est Kératry lui-même, qui à la demande de Gambetta, a rédigé ce décret. Aussi pourquoi les conditions formulées dans ce décret sont-elles aussi ambiguës et largement inférieures à ce qu’il avait demandé dans son plan du 21 octobre ?

boiteverte

boiteverte Le projet de l'armée de Bretagne
barre de titre

Alors qu'il était préfet de police à Paris, Kératry s'était entretenu avec Gambetta sur la nécessité de rassembler des forces armées dans les départements non occupés pour lancer une large offensive contre les Prussiens autour de la capitale. Le 16 octobre à Tours, les deux hommes vont reprendre ce projet. (annexe A-3 )
Kératry était favorable au plan du général Trochu consistant en un ravitaillement de Paris par la Province avec un mouvement par l'Ouest, combiné avec la voie ferrée de Bretagne et la Seine.
En prenant la ville du Mans comme base d'opérations et d'approvisionnement, Kératry voulait conduire l'armée de ravitaillement en suivant la route de la rive droite de la Seine, appuyée d'une part sur les forces de la Seine-Inférieure et de l'autre sur l'aile gauche de l'armée de Loire. (Kératry_t1_673_2)

boiteverte

boiteverte Le statut de l'armée de Bretagne
barre de titre

Kératry a fait le choix de rassembler des troupes et de les organiser de façon indépendante des institutions militaires. Pour cela il a demandé les pleins pouvoirs et les a obtenus.
Et d'ex-lieutenant, il se voit octroyé le grade de général à titre auxiliaire.
Le caractère très singulier et sans précédent de cette troupe en porte-à-faux de l’armée régulière, ressemble à l’organisation d’un très important corps franc entièrement autonome.
Se substituant à toute hiérarchie militaire, Kératry reçoit un commandement qui ne relève que du gouvernement. Il est rattaché directement au ministre de la guerre, Gambetta dont il prend les ordres et auquel il rend compte.
Aimé Jaÿ, secrétaire de Kératry, explique ce choix par l'urgence de la situation; Le gouvernement étant occupé à la réorganisation de l'armée après la défaite de Sedan, il fallait trouver un moyen alternatif pour lever au plus vite une armée de renfort. (annexe A-1 )
Cette situation fragile va très vite montrer ses limites et les conséquences vont être funestes. (annexe 10-3 )
Avec les 8 millions de francs alloués, la création du camp pouvait se concrétiser. Mais tout a basculé avec la nécessité absolue de l'approvisionnement en armes et du recrutement d'officiers et sous-officiers. Sur ces deux points, Kératry était tributaire du bon vouloir des bureaux ministériels de Tours qui n’appréciaient guère cette formation s’administrant en dehors de leur autorité. Ainsi les généraux Thoumas (directeur de l'artillerie) et de Loverdo (directeur du personnel) refusèrent de répondre directement aux demandes d'un officier en marge totale des usages militaires en vigueur. Ils exigeaient systématiquement un ordre écrit de la part du ministre. (annexe 7 ).
Kératry était ainsi renvoyé au bon vouloir de Gambetta.

boiteverte

boiteverte Les mobilisés
barre de titre

Le décret du 29 septembre 1870 rédigé par Jules Cazot (secrétaire général de l'Intérieur), appelait la mobilisation de la garde nationale mobilisée.
Les hommes de 21 à 40 ans sans famille à charge n'appartenant ni à l'armée d'active ni à la garde mobile, formèrent la garde nationale mobilisée.
Le décret du 11 octobre 1870 définit la formation des corps de la garde nationale mobilisée.
Ils sont regroupés en compagnies (commune), en bataillon (canton) en légion (arrondissement) et en brigade (département).

Ces hommes n'avaient aucune instruction militaire et très peu d'entre eux deviendront des soldats.

Le contexte de vie des Bretons en pays d'Auray en 1850 (Source : Ecomusée de St-Dégan à Brech, Morbihan) :

Les seuls moyens de déplacement sont la marche et le char à banc(5km/h).
Les chemins sont en mauvais état.
Le rayon d'action habituel du paysan est de moins de 10km.
Le train n'est pas arrivé en Bretagne.
Les 3/4 de la population vivent à la campagne .
L'espérance de vie se situe autour de 40 ans.
Un enfant sur six ne survit pas au-delà d'un an.
Aller à l'école n'est pas obligatoire.
Le foyer regroupe trois générations qui vivent sous le même toit.
On parle breton et on ne sait pas écrire.

2021 mp_pho_6142_brech_56 2021

boiteverte

boiteverte Les cadres
barre de titre

Des cadres étaient indispensables pour former cette nouvelle armée.

Les différents types de troupes relatives au mode de recrutement alors en vigueur, étaient les troupes de l’armée régulière, de la garde nationale mobile, et de la garde nationale mobilisée.
Les officiers des mobilisés avaient été nommés à l'élection sans considération de la compétence militaire. (annexe 11-6)
Le recrutement de cadres étaient donc absolument nécessaire pour la formation des recrues à l'école du soldat ainsi qu’à l’encadrement des futurs bataillons.
Kératry avait prévu dans son plan plusieurs milliers de soldats d’infanterie, et quelques escadrons de cavalerie; Les officiers et sous-officiers de ces unités auraient pu assurer partiellement l’encadrement des troupes. Mais malgré les promesses du directeur du personnel, le général de Loverdo, ces troupes furent attribuées au 21e corps du général Jaures.
Une dépêche du 28 octobre rédigée par Loverdo et signée par Gambetta, précisait que Keratry ne pouvait pas recruter dans l'armée régulière.
Le recrutement se fit principalement chez les anciens militaires (Le Bouëdec, de Vauguyon ...) et Kératry reçut malgré tout sept officiers de l'armée régulière dont certains ne retrouvèrent pas leur situation antérieure après la guerre.
Suite à une circulaire de Loverdo, les officiers qui acceptaient des postes dans l'armée de Bretagne étaient considérés comme démissionnaires et rayés des contrôles de l'armée active. (annexe 8-5 ).
Toute la hiérarchie militaire de l'armée de Bretagne fut impactée au point que l'Etat-major était réduit d'un tiers. (annexe 8-6 )

boiteverte

boiteverte Les armes
barre de titre

Alors que des armes en bon état étaient disponibles (selon le relevé des directeurs des arsenaux ), la fourniture fut très difficile aux services du camp.
Un important échange épistolaire traduit les échanges houleux qui eurent lieu alors entre Kératry, Gambetta, Le Cesnes, Loverdo, Freycinet et le général Thoumas.
Cela tient du jeu de taquins en un inextricable imbroglio d’ordres, contre-ordres et reports de responsabilités et d’habilitations.
Ainsi des armes à tir rapide, initialement destinées au camp de Conlie, n'ont pas été livrées mais détournées vers différents arsenaux. (annexe 1-132 )
Les départements bretons fournirent aussi des armes, mais au 22 novembre, sur 30 000 hommes seuls 12 000 étaient armés.

L'insuffisance des livraisons concrétisa la pénurie d’armes pour les mobilisés bretons.
Le 9 septembre, le gouvernement avait organisé le service des achats d'armes et de munitions avec un décret instituant une commission d'armement qui relevait du ministère des travaux publics. Cette commission était présidée par Jules Le Cesnes. (annexe 5-3 )
Les services de la commission d'armement s'attachaient à trouver des stocks d'armes disponibles à la vente. Le rapport du Comte Rampon n'indique pas que la commission ait reçu des consignes sur les caractéristiques techniques (chargement, magasins, percussion, cartouches ...). On ne portait que peu d'intérêt (bien à tort) aux armes nouvelles venues d’Amérique équipées de magasins et de cartouches métalliques.

Kératry voulait absolument se procurer des armes à tir rapide. Ainsi début novembre, il avait entrepris des commandes d'armes à l'étranger et fait une demande de fusils Spencer et carabines Spencer à la commission d'armement. (annexe 8-8)
Celle-ci livra au camp de Conlie 5000 Spencers, 2000 Remington et 1500 revolvers.
L'attribution des fusils Spencer fut critiquée par le général Gougeard estimant que ces armes étaient trop sophistiquées pour les Bretons. (annexe 10-2) De son côté, le général de Vauguion considérait que ces Spencer n'étaient pas adaptés d'une manière générale pour l'infanterie. (annexe 11-5)
L'adéquation du type d'arme avec les compétences des paysans bretons reste un point d'interrogation.


En décembre, c'est 10000 fusils Springfield provenant d'achats douteux en Amérique qui sont livrés aux Bretons à Conlie et au Mans.
En effet, malgré l'existence de la commission d'armement, les achats d'armes en Amérique faits dans la précipitation, ont connu de nombreuses difficultés (conflits d'intérêt des intermédiaires et concurrence ...).
De même, le contrôle qualitatif des armes à percussion comme les Springfield n'a jamais été fait dans des conditions satisfaisantes. (annexe 6 ).

Concernant la distribution des différents types d'armes, on s’est offusqué de la non délivrance de fusils Chassepot (les fameux fusils à tir rapide évoqués par Kératry dans son appel à la mobilisation) aux mobilisés. Mais sur ce point il faut préciser que l’usage militaire réservait le Chassepot aux troupes régulières. La garde nationale mobile considérée comme troupe moins opérationnelle était dotée de fusil à percussion. Les mobiles appelés à combattre aux côtés des troupes régulières étaient dotés de fusils Chassepot ou de fusils à tabatière. Quant aux mobilisés, c’est le fusil à percussion qui seul leur était attribué. (annexe 6 et annexe 5-2 )
Le directeur de l'artillerie à Tours, le général Thoumas exprima ce dernier point de manière très maladroite lors d'un entretien houleux avec le commissaire général Carré-Kérisouet. (annexe 1-5) Le même argument fut repris par Gambetta lors de son entretien avec Kératry le 24 novembre. (annexe 11-2) et (annexe 8-7)

Tableau de l'armement de l'armée de Bretagne à la date du 23 novembre 1870 (source Aimé Jaÿ page 164) :

Conlie mp_tex_9945_aimejay_164

boiteverte

boiteverte La boue du camp
barre de titre

La réputation du camp repose en partie sur le marécage du aux forte pluies de l'hiver.(annexe b-3). Les infortunés mobilisés renommèrent le camp en "Kerfank" (village de boue en breton).
Le choix du lieu d'implantation est mis en cause par le général Gougeard (annexe 10-1) alors que Kératry considère qu'il sagit d'un problème général du à la saison. (annexe 8-4). C'est également l'avis du général de Vauguion. (annexe 11-7)
L’humidité et la boue du camp ont joué aussi un rôle primordial dans la mauvaise préparation des troupes. Outre les conditions de vie déplorables qu’elles imposaient aux hommes, elles ont contribuées partiellement à la non distribution des armes.
En effet, les instructeurs étaient en nombre trop insuffisant pour instruire les mobilisés à l’usage et à l‘entretien des armes militaires. Il n'y avait pas de nécessaire d’arme pour l'entretien, ni d'endroit de stockage satisfaisant contre l'humidité.
La distribution des armes pouvait remonter le moral des troupes, mais cela revenait à les livrer à la corrosion et à un fonctionnement compromis.

boiteverte

boiteverte Les tergiversations de Gambetta
barre de titre

Ce qui surprend, c’est l’irrésolution continue de Gambetta qui tergiverse sans cesse. En effet, à l’origine les deux hommes étaient d’accord sur un plan de « ravitaillement de Paris » s’appuyant sur des forces de province confiées à Kératry. Puis Gambetta change d’avis après le retour d’un voyage en Espagne de Kératry. Peu enthousiaste alors sur la création de ces « forces de Bretagne », il propose à Kératry un poste en Algérie.
Celui-ci décline l’offre et insiste en rédigeant son plan du 21 octobre. Et Chose surprenante, Gambetta accepte la création de cette armée indépendante, et signe le décret rédigé en termes peu précis (on l’a vu plus haut). Plus tard, il gèlera les livraisons d’armes à Conlie. Puis nouveau revirement, le 21 novembre où il place Kératry sous les ordres du général Jaures.
Cette attitude extrêmement légère de Gambetta laisse croire qu’il a constamment négligé ce projet, mineur à ses yeux, face aux graves problèmes de la nation qu’il devait assumer dans les domaines politiques et militaires. Mais à Tours, Gambetta était sollicité régulièrement par de nombreux volontaires enthousiastes et envahissants qui lui exposaient leur plan.
Glais-Bizoin écrit dans son livre que c’est pour se débarrasser de Kératry que Gambetta accepte de signer le décret. Il le fait sans bien réfléchir aux conséquences, croyant sans doute que Kératry abandonnerait face aux difficultés.

C’est aussi sur l’aspect sensible de la politique que le projet de Kératry va poser problème. Celui-ci, dans ses appels au rassemblement n’évoquait pas la République mais « Dieu et la Patrie », valeurs plus porteuses auprès des populations de l’ouest. Le docteur Gestin ainsi que le général Gougeard affirment que les troupes bretonnes n’étaient pas politisées ; seule la libération de la France importait. (annexe B-1)
Mais cela inquiétait l’entourage de Gambetta qui doutait de l’attachement de ces troupes à la République. Il les considérait comme plus volontiers sensibles aux idées monarchistes et bonapartistes. Vraisemblablement les proches collaborateurs de Gambetta l’ont mis en garde contre ce projet d’armée régionale bien singulière. (annexe 4) (annexe 8-7) (annexe A-2)

Le rapport général de la commission d’enquête (dont la correspondance entre Kératry, Freycinet et Gambetta) atteste l’hypothèse selon laquelle Gambetta et son entourage, redoutant un péril de type séditieux, (relatif aux préventions politiques évoquées plus haut), auraient adopté délibérément une attitude frileuse, usant de manœuvres dilatoires, au détriment de l’organisation des « forces de Bretagne ».
C’est ce qui expliquerait une grande partie des obstacles rencontrés pour la mise en œuvre de ce projet.
Il est vrai que devant la commission d’enquête, Kératry apporte nombre de preuves des contrariétés rencontrées, alors que Gambetta reste évasif et ne cherche pas à se dédouaner outre mesure ; Il déclare ignorer les problèmes de livraison d’armes à Conlie, nie la défectuosité des armes des mobilisés lors de la bataille du Mans et reporte les fautes sur Kératry.
On peut se demander aussi pourquoi Gambetta a repoussé si tardivement l’évacuation du camp. En octobre, Gambetta pouvait encore annuler le projet de Kératry et du coup éviter la création du camp. Mais après le 21 novembre, date à laquelle il décide la création de onze camps régionaux, il est trop tard. En effet, pour ne pas prêter le flanc à la critique de ses détracteurs, il ne peut pas se désavouer en ordonnant l’évacuation du camp de Conlie devenu insalubre. (annexe 1-233_54)
Gambetta étant presque le seul parmi les protagonistes à ne pas avoir rédigé de livre de souvenirs, nous n’aurons donc jamais sa propre version.
Si Gambetta avait soutenu Kératry, et lui avait donné les moyens nécessaire, cette armée de Bretagne n’aurait somme toute pu constituer qu’une force d’appui pour l’armée régulière, mais elle aurait pu jouer un rôle décisif lors de la bataille du Mans. Sans repousser les prussiens, du moins les troupes françaises auraient-elles pu conserver leurs positions.

boiteverte

boiteverte L’idéalisme de Kératry
barre de titre

On peut s’étonner du degré d’illusions qui animait Kératry. Dans le contexte politique et la situation militaire du moment, son projet de ravitaillement de la capitale était extrêmement ambitieux. Mais il avait conscience que cette troupe de secours ne pourrait intervenir qu'en appoint à une offensive de l'armée régulière. (annexe 8-3)
Pourtant, en tant que préfet de police et ex-député, il ne pouvait pas ignorer les tensions politiques du moment. De même en tant qu’ancien militaire il connaissait les modes de fonctionnement des bureaux de l’armée (notamment la procédure sur l’attribution des armes).
Comment a-t-il pu croire dans le marasme ambiant, en partant de rien, qu’il pourrait constituer un corps d’armée opérationnel à partir de recrues du 3e ban du contingent ?
Ces troupes étant de surcroît administrées en totale indépendance de l’armée régulière et dépendant directement de Gambetta ?
Selon Carré-Kérisouet c’est Kératry lui-même qui a rédigé ce décret, à la demande de Gambetta. Aussi pourquoi les conditions formulées dans ce décret sont-elles aussi ambiguës et largement inférieures à ce qu’il avait demandé dans son plan du 21 octobre ?
Alors qu’il n’a pas toutes les garanties pour mener à bien la coordination des forces de Bretagne, il accélère le recrutement dans les départements.
On ne peut mettre en doute sa détermination à servir son pays ; il a fait preuve de ténacité et de sacrifice dans l’organisation du camp.
Mais les faits montrent que ce déploiement d’énergie était aussi au service d’une ambition personnelle.
En effet, sa déposition devant la commission d’enquête ne laisse aucun doute sur les motifs de sa démission du commandement du camp : il était très attaché à son indépendance militaire, n’acceptait pas que son projet de corps spécial soit modifié par Gambetta et refusait de passer sous les ordres de Jaures.
Cette démission marque le point final du statut particulier de l’armée de Bretagne.
Le général Marivault ne poursuit pas l’œuvre de Kératry. Effrayé par le cloaque du site, il fait désarmer et évacuer progressivement le camp. Kératry et Glais-Bizoin s’offusquent de ces mesures et du retour des mobilisés en Bretagne (dépêche du 12 décembre). (annexe 8-01) . C’est sans doute une fin funeste mais vraisemblablement un moindre mal. Comment tout cela aurait évolué si Kératry était resté en poste ?

Notons que la rumeur a attribué à Kératry des visées séparatistes. Les documents historiques allant dans ce sens nous restent inconnus.
Par contre, dans son livre de 1898, Kératry révèle son projet éphémère de marcher sur Tours et renverser Gambetta. (annexe 4)

boiteverte

boiteverte D’autres méthodes d’organisation
barre de titre

D’autres méthodes d’organisation auraient pu apporter de meilleurs résultats comme par exemple celle exposée par le docteur Robert Gestin dans son livre de souvenirs :
… Si les mobilisés Bretons avaient été levés plus tôt, dès la première semaine de septembre, ou seulement au commencement d'octobre; si on leur avait adjoint des inscrits maritimes parmi les-quels on aurait trouvé des canonniers et des instructeurs, qui les auraient encadrés; s'ils avaient été pourvus immédiatement de fusils modernes; si, au lieu de les entasser sans armes dans le camp de Conlie. (Les camps et surtout les camps d'instruction en hiver, en plein air, en plein champ, sur des terres labourées, sans baraques construites à l'avance, sans chemins empierrés, etc., sont une énorme erreur).
Si les mobiles avaient été laissés un mois dans leurs départements, où l'instruction militaire leur aurait été donnée dans leurs chefs-lieux de canton ou même dans leurs communes, puis dans les chefs-lieux d'arrondissement, et si une fois dégrossis, habitués à tirer à la cible, à obéir à leurs officiers et sous-officiers, on les avait réunis dans un ou deux camps à l'approche du danger, une semaine avant d'entrer en campagne, etc.; si tout cela avait été fait, la Bretagne aurait mis en ligne une armée de 40 à 50.000 soldats au moins, aussi bons que les autres. Cette armée, commandée par un général capable, aurait peut-être arrêté l'en¬nemi aux lignes du Loir…

boiteverte

boiteverte Effectif des troupes
barre de titre

Début novembre, les premiers mobilisés bretons arrivent au camp de Conlie.
Chaque jour de nouveaux mobilisés venaient grossir les rangs des effectifs.
Le 22 novembre, le camp comptait 47 bataillons de mobilisés et 7 compagnies de francs-tireurs. (Keratry_dep1_677_6)

Plusieurs relevés de situation sont notés dans les ouvrages d'Aimé jaÿ, Kératry et Arthur de la Borderie :

Date Présents au camp Division de marche Source Cité par Page
6 novembre 3144- Le Bouedec Aimé Jaÿ animation 77
9 novembre 177 + 4474- Le Bouedec Aimé Jaÿ 77
10 novembre 207 + 5124- Le Bouedec Aimé Jaÿ 77
15 novembre 13573- Borderie Borderie animation 16
21 novembre Conlie mp_tex_9946_aimejay_078_1
20457
- Aimé Jaÿ Aimé Jaÿ 78
23 novembre Conlie mp_tex_9946_aimejay_078_2
24546
- Aimé JaÿAimé Jaÿ 78
23 novembre 25500- BorderieBorderie 16
24 novembre 30000- BorderieBorderie 69
26 novembre 1750011997 Le BouedecAimé Jaÿ 79
27 novembre 35000- BorderieBorderie 16
4 décembre 1198 + 3743213424 Général HacaAimé Jaÿ 397
6 décembre Conlie mp_tex_9946_aimejay_80_81
40033
13424 Aimé Jaÿ
Kératry
Aimé Jaÿ
Kératry
81
140
10 décembre 4800012000 Aimé JaÿAimé Jaÿ 82
13 décembre Conlie mp_tex_9947_borderie_plon_356
47610
- BorderieBorderie 356

boiteverte

boiteverte Les décès au camp
barre de titre

Pendant longtemps des rumeurs ont circulé sur le nombre de victimes au camp de Conlie. L’inflation numérique est fantaisiste et consternante : on évoquera un sacrifice de 80 000 soldats ! Un site internet affirme actuellement que 75000 soldats bretons ont péri à Conlie. 80000 est en fait le nombre estimé de mobilisables sur les cinq département bretons en septembre 1870.

C'est un tout autre son de cloche qui retentit à la lecture des témoignages ;
Pendant son commandement, Kératry avait relevé sept décès de soldats sur un effectif de 32000 arrivés au camp. (annexe 8-03).
Le général Haca indique dans son rapport le 4 décembre que l'état sanitaire est satisfaisant et que le chiffre des malades et celui des blessés a été jusqu'ici peu élévé.
Le docteur Aubry, (annexe 2), déclare dans son rapport que le 28 décembre, la mortalité a été de 109 depuis le début de l’établissement du camp et que l’état sanitaire du camp est satisfaisant.
Le rapporteur du service sanitaire, M. Morlet (Rapport de la commission d'enquête 1416J 1872 page 129) déclare :

«... Pendant toute la durée du camp, du 6 novembre 1870 au 7 janvier 1871, sur près de 60000 hommes qui y passèrent, il entra en tout aux ambulances 1942 malades, dont 143 morts, (88 de variole et 55 d'autres maladies), 1433 évacués, 208 réformés et 70 congédiés... ».

109 et 143 correspondent au nombre de décès notés parmi les malades entrés aux ambulances et constituent des relevés ponctuels de source sérieuse.

Dans sa déposition devant la commission d'enquête, M. de Kératry considère ce chiffre de 143 comme le chiffre officiel. (annexe 8-03)

Le site internet des archives départementales de la Sarthe met à disposition le registre d’état civil de la mairie de Conlie.
Celui-ci indique 135 décès de soldats entre le 7 novembre 1870 au 18 février 1871.
Puis en 1873, le registre a été complété sur cette même période par des ajouts : 4 pour 1870 et 34 pour 1871. Ce qui porte le total à 173.
Cela correspond au nombre de soldats morts au camp de Conlie ou dans les ambulances du camp ou sur la commune de Conlie.
Sur ces 173 il y a 150 bretons (60 des Côtes-du-Nord, 25 du Finistère, 33 de l'Ille-et-Vilaine, 6 de la Loire-Inférieure, 26 du Morbihan).
15 soldats sont de régions précisées (1 de l'Aude, 7 de la Haute-Garonne, 1 de la Manche, 1 de la Mayenne, 1 de l'Orne , 1 des Basses-Pyrénées, 2 de la Sarthe et 1 de la Somme)
et 8 soldats de régions non précisées.

Fonctions des 173 hommes décédés :
artilleurs 2
chasseur à pied 1
cuirassiers 2
dragon 1
génie 1
mobiles 2
mobilisés 147
ouvriers 3
aumônier 1
soldats 2
soldat de marche 3
? 2

Répartition des décès :
courbe
Source : Archives départementales de la Sarthe.

La notion de « chiffre officiel » est subjective. Tous ces chiffres sont officiels dans leur contexte respectif.
Arthur de la Borderie, (auteur du rapport de la commission d’enquête sur le camp de Conlie), lui-même, ne donne pas de chiffre officiel. Au moment de la rédaction de son rapport, il avait à disposition ces mêmes informations. Et c’est un sujet qu’il n’a pas développé sans doute par prudence. (annexe 9)

D’autres sources plus tardives et non référencées apportent de la confusion à cette analyse :

A proximité de la « croix des bretons » du cimetière de Conlie se situe un carré militaire 1870 ;
Emile Dehayes de MARCERE indique dans son ouvrage, « Tombes des militaires morts pendant la guerre de 70, ministère de l’intérieur, Paris - 1878 » :

« 189 militaires français, dont 147 mobilisés bretons, morts au camp de Conlie, avaient été inhumés dans le cimetière et en dehors; on les a réunis dans une concession perpétuelle de 18 mètres.
Une autre concession de 2 mètres a été acquise par l'État pour la sépulture de 7 militaires allemands. Les deux tombes sont entourées de grilles en fer...»

M. de Marcère n’a pas précisé quelle était la source de ce nombre de 147.

Sur la croix des Bretons, la plaque du Souvenir Français datant de 1903 indique :

« … 118 soldats bretons et 13 autres soldats … ».

Là encore ces quantités ne trouvent pas d’explications.
Pour autant ces chiffres tous différents sont du même ordre de grandeur.
Le registre de Conlie est le seul document historique concret que nous ayons pour donner un chiffre. Ce chiffre est un relevé administratif qui ne peut pas traduire de manière absolue les pertes réelles des Bretons. Mais ce chiffre nous donne un ordre de grandeur de la mortalité dans le contexte d’une armée en campagne non combattante.

Le médecin Aubry nous donne une autre piste à la fin de son rapport ; Il dit qu’il faut considérer les évacuations. En effet elles étaient nombreuses. 1433 selon le rapport Morlet. Dans sa 2eme déposition, Kératry évoque ces évacuations. (annexe 8-4-2)
Hors ces malades n’allaient pas vers les ambulances de campagne mais bien vers des établissements structurés, hopitaux des grandes villes, asiles etc… Leurs cas étaient assez critiques pour nécessiter une évacuation :

« ... le service des ambulances était établi avec tous les soins désirables et les militaires atteints de maladie graves étaient dès le début évacués sur les hôpitaux de Rennes et autres villes.
Il y avait très peu de malades et on les dirigeait sur *** dès que leur état semblait devenir grave. » (Monjaret de Kerjégu, délégué du Finistère). (Keratry_183).

On ne sait pas quel fut leur sort. C’est ce que dit le Dr Aubry. Cela nous laisse supposer que la mortalité a été bien supérieure aux 173 décès du registre de Conlie.

Lors de l’évacuation progressive du camp qui s'est faite dans des conditions difficiles (annexe 12-2) et pendant la retraite de l’armée vers la Mayenne, de nombreux soldats ont été touchés par la maladie et ont trouvé la mort dans les communes environnantes et bien au-delà.
Dans son rapport, M. de la Borderie précise que les maladies concernaient un sixième des effectifs des bataillons de mobilisés évacués. (annexe 9)
Le maire de Rennes, M. Bidard de la Noë indique une mortalité de 15 à 17 pendant plusieurs semaines aux hopitaux militaires de la ville. (annexe 12-1)
A ce jour ces décès supplémentaires restent indéterminés et une estimation chiffrée me parait hasardeuse.

Une remarque au sujet des 131 noms gravés sur la croix des Bretons : On les retrouve sur le registre de la mairie sauf pour 5 d’entre eux :
PREVOT RENOUX DIREUT DENNUD BOLEC.
On peut expliquer cela. Par exemple, une famille de Bretagne a eu un jeune soldat passé par Conlie et mort à la guerre ou disparu prisonnier en Prusse suite à la campagne de la division Gougeard. Cette famille a demandé à juste titre l’inscription du nom sur l’embase de la croix. Dans ce cas il est normal que le nom ne soit pas au registre.

Il est à noter que la mairie de Conlie a reçu par le passé des visiteurs demandant le lieu de la fosse commune du camp. Cette idée de fosse commune vient sans doute de l’eau forte prémonitoire de Jean Moulin représentant des cadavres nus entassés dans une fosse (illustration pour le poème La pastorale de Conlie de Tristan Corbière). Les images morbides des camps de 39-45 ont sans doute contribué à alimenter cette vision macabre. Aucune source n’atteste de l’existence d’une fosse commune au camp.

boiteverte

boiteverte Le rapport Haca
barre de titre

Suite à la démission de Kératry, le général de Loverdo demanda la création d'une commission pour effectuer une inspection générale de l'armée de Bretagne. (annexe 13-2)
Le général Haca procéda à une inspection du camp du 2 au 4 décembre 1870, assisté par deux collègues, M Bézard et M. Bruyère.
L'examen très complet donna lieu à un rapport assez mitigé transmis à Gambetta qui en fut très préoccupé. (annexe 1-7)
Kératry a fait une critique détaillée de ce rapport dans son livre de 1873 .
L'intéret de ce rapport réside dans la description précise de la situation du camp début décembre, même s'il est controversé sur certains points.
L'intégralité du rapport est joint aux annexes du rapport de M. de la Borderie .

boiteverte

boiteverte La commission d'enquête
barre de titre

Après l’évacuation du camp, la colère gronde dans toute la Bretagne.

Le 14 juin 1871, l'assemblée nationale crée une commission d'enquête, chargée d'établir un rapport sur les actes du Gouvernement de la Défense Nationale.

Les transcription des travaux de la commission d'enquête (en cours de 1871 à 1875), représentent un ensemble de documents constitué de 11 volumes de rapports, 7 volumes de dépositions des témoins et 2 volumes de dépêches télégraphiques.

Conlie mp_pho_6181_rapport_
Les 20 volumes du rapport

Il existe aussi un rapport fait au nom de la commission des marchés sur les opérations de la commission d'armement rédigé par M. le comte Rampon.

Conlie 1873_rampon_rapport_versailles_cerf

Outre le rapport général, la commission d’enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense Nationale avait demandé à l‘historien Arthur de la Borderie de rédiger un rapport particulier sur l’affaire du camp de Conlie.

Ce rapport est contenu dans le tome XI de la série des 11 rapports, édité en décembre 1873.

Conlie mp_pho_6180_rapport_

Il donnera lieu à une édition grand public en 1874 contenant des corrections et des compléments.

Conlie 1874_borderie_camp_plon

A la suite des publications de la Commission d'enquête, Kératry va rassembler les documents concernant Conlie et y ajouter des pièces nouvelles en publiant cet ouvrage :

« Une voix bien plus autorisée que la mienne pût rétablir la réalité des actes et faire justice. La Commission d'enquête de l'Assemblée nationale m'a vengé des injustices passées .»

Keratry 1873_keratry_armee_bretagne_lacroix_paris_

Des pétitions ont été faites en Bretagne ( dont une émanant de Kératry) pour demander une déclaration officielle de la commission d'enquête sur le rôle des Bretons.
Arthur de la Borderie a rédigé en 1875, un texte complémentaire qui écarte leur culpabilité dans cette affaire.
(Dépositions des témoins, tome 5, de la commission d’enquête du 4 septembre annexe 1).

La pétition de Kératry a été publiée dans le journal "L'Union Bretonne" du 12 mars 1874.

boiteverte

boiteverte La Tuilerie
barre de titre

Suite à la lecture de l'édition grand public de 1874 du rapport d'Arthur de la Borderie, d'anciens soldats vont apporter des témoignages nouveaux avec des informations supplémentaires et des rectifications;
C'est ainsi que le commandant Guilbaud nous donne un témoignage précis du déroulement des combats autour de la Tuilerie.
Cette position était occupée par les 6600 mobilisés bretons des six bataillons d'Ille-et-Vilaine : 2e et 3e de rennes, 1e de Saint-Malo et les 1e, 2e et 3e de Redon-Monfort sous le commandement du général Lalande.
En effet le rôle des Bretons avait été largement évoqué dans les dépositions des témoins et il avait été établi que les mobilisés bretons n’étaient pas en état de combattre et que leur responsabilité ne pouvait être engagée.
Le commandant Guilbaud révèle une répartition disparate des troupes et dévoile que la position de la Tuilerie n'était pas défendue.
Son récit montre que la débandade des mobilisés est loin d'être clairement établie. Cette situation sera confirmée par les travaux du lieutenant Alwrod en 1912 dans son livre sur la bataille du Mans.
Dans les ouvrages historiques les plus anciens, les différents récits des combats ne présentent pas de situations de panique où les Bretons auraient abandonné leurs positions. (Alwrod, Lehautcourt, Grand Etat-major Prussien,)
Aucune source ne donne un témoignage direct d'une déroute irraisonnée.

Alwrod 1912_alwrod_bataille_du_mans_grassin

Pourtant nombre d’auteurs relatant la guerre de 1870 ont relayé la panique des mobilisés de Bretagne de façon péremptoire. (Charles Mengin, Le Bouedec, Léonce Rousset, Arthur Chuquet, L. Dussieux ...)

Le soir du 12 janvier, le général Chanzy ayant rendu compte de la défaite à Gambetta, celui-ci communique l'information aux préfets en condamnant l'attitude des Bretons à la Tuilerie (dépêche du 12 janvier, 6h15).
Dans une autre dépêche (12 janvier, 3h30), Gambetta ne cite pas leur conduite vaillante au combat d'Auvours , en tronquant la dépêche du général Chanzy du 11 janvier, 11h30.
Le journal "La Gazette de l'Ouest" a publié le 17 janvier 1871 un article comparant les deux versions.

Le 14 janvier, le général Lalande était à Evron avec sa brigade "presque entière ralliée" et demandait 6000 rations pour ses soldats à cours de vivres. Le général de Marivault, arrivé à Evron par le train de ravitaillement constatait la bonne tenue des troupes. annexe 14-1

boiteverte

boiteverte Conclusion
barre de titre

Il est un fait que toutes les troupes engagées dans la défense du territoire dans la phase républicaine de ce conflit ont beaucoup souffert.
Mais si les mobilisés de Conlie n’ont pas combattu, ils ont cumulé tous les problèmes imaginables.
De cette dramatique histoire du camp de Conlie, ce sont surtout les noms de Gambetta et Kératry qui restent dans la mémoire collective.
Les sympathisants de l’un et de l’autre s’efforceront au fil du temps de redorer un blason bien terni.
Et pourtant, bien moins que les politiques et les militaires gradés, les mobilisés sont les vraies victimes trop souvent oubliées de cette affaire pitoyable.

boiteverte


ANNEXES

boiteverte

boiteverte 1 - Dépêches
barre de titre

boiteverte

coche verte 1-1 Dépêche du 12 décembre. Source : page 316 - L'armée de Bretagne - Aimé Jaÿ, (Plon, Paris 1873).

Aimé Jaÿ mp_tex_9966_aimejay_316_

boiteverte

coche verte 1-2 Dépêche du 12 janvier, 3h40. Source : page 108 et 109 - Recueil de dépêches télégraphiques officielles - (Typographie de J. Haslé, Morlaix 1871).

Haslé  mp_tex_9958_12_janvier_3h40_hasle_109
Haslé  mp_tex_9959_12_janvier_3h40_hasle_109 x  mp_tex_9961_12_janvier_3h30_x_145_

boiteverte

coche verte 1-3 Dépêche du 12 janvier, 6h15. Source : page 109 - Recueil de dépêches télégraphiques officielles - (Typographie de J. Haslé, Morlaix 1871).

Haslé  mp_tex_9962_12_janvier_hasle_114 x mp_tex_9963_12_janvier_x_146_

boiteverte

coche verte 1-4 Extrait de la Gazette de l'Ouest. Source : page 383 - L'armée de Bretagne - Aimé Jaÿ, (Plon, Paris 1873).

Aimé Jaÿ mp_tex_9965_aimejay_383_ Aimé Jaÿ mp_tex_9964_aimejay_384_

boiteverte

coche verte 1-5 Sur l'attribution des fusils à percussion :
Lettre du commissaire général des Forces de Bretagne à général en chef, camp de Conlie.
Source : Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - page 110.

Tours, le 18 novembre 1870.
Mon général,
La seconde partie de ma mission est plus difficile que la première.
J'ai vu la commission d'armement hier soir, j'ai demandé de votre part à être fixé sur le nombre et la qualité des fusils destinés à l'armée de Bretagne.
Le général Thoumas s'est levé avec une extrême violence contre nos intentions, disant que les fusils à percussion sont très suffisants pour des mobilisés, qu'il n'y a aucune raison pour faire une exception en faveur de la Bretagne, que les autres pays s'en contentent bien, etc...
J'ai relevé vertement ce général, puis j'ai exposé au comité toutes les raisons qui justifient notre demande, les prouesses faites il y a trois semaines, et les engagements pris par nous vis-à-vis de l'armée.
De plus. j'ai invoqué la promesse de Gambetta, faite la veille même.
En somme, le comité d'armement est divisé; nous y comptons des amis et des ennemis acharnés. Il faut que j'aie ordre de Gambetta aujourd'hui même et par écrit.
Je suis navré de voir la France entre les mains des mêmes hommes qui ont fait tous nos malheurs. J'ai vu hier M, Thiers qui s'est chargé de demander des marins à l'amiral Fourichon ; c'est sur l'avis de Gambetta que j'ai pris M. Thiers comme intermédiaire.
Votre bien dévoué,
Carré-Kérisouet.

boiteverte

coche verte 1-6 Sur l'hostilité des bureaux de la guerre à Tours :
Lettre du commissaire général des Forces de Bretagne à général en chef, camp de Conlie.
Source : Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - page 111.

Tours, le 20 novembre 1870.
Mon général,
Votre dépêche d'hier a produit l'effet que j'en attendais ; au premier moment, on s'est emporté, on a déclaré que vous n'auriez rien, etc...
Puis, les choses ont pris meilleure tournure, et, sans vous donner à beaucoup près ce qu'il vous faut, on est arrivé à poser en principe que l'armée de Bretagne a le droit de prétendre à des fusils perfectionnés.
La lettre-ci-jointe de Le Cesne est loin de me satisifaire, et, sauf avis de vous, je ne quitterai pas Tours aujourd'hui. Je vais me rendre, avee Glais-Bizoin,, au bureau des distributions d'armes, afin de me rendre compte de l'usage qu'on en fait.
Je suis sûr que l'action du colonel Thoumas pèse fortement contre vous, et, d'un autre côté, je crois à l'existence de certaines autres influences hostiles au point de vue politique.
Il est évident, cependant, que plus nous serons avancés, moins on osera nous refuser.
... En somme, grandes difficultés de toute sorte et résistance acharnée pour les plus petites choses, voilà la situation. Bien à vous,
E. Carré-Kérisouet.

boiteverte

coche verte 1-7 - Dépêches concernant Freycinet, Gambetta et Kératry :
Source 1 : Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1872 - Rapport La Borderie - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Annexes.
Source 2 : Armée de Bretagne 1870-1871 - Emile de Kératry, (A. Lacroix, éditeur, Paris 1873).

- page 195 n°57 (source 1) point rouge

Du Mans, le 24 novembre, 4 h. 5 matin.
Ministre Guerre à Directeur artillerie, Rennes.
En vue d'arrêter toutes prises nouvelles et prévenir tous malentendus, je vous donne l'ordre formel de ne rien délivrer, ni en matériel, ni en munitions, à M. de Kératry ou à ses lieutenants sans une autorisation explicite de ma part ou de mon délégué à Tours.
Suspendez donc d'urgence toutes livraisons cartouches, batteries, mitrailleuses et autre matériel.
Signé : L. Gambetta,
P.S. — Avez-vous expédié 50,000 cartouches à M. de Kératry? Si non, gardez-vous de lui expédier ces cartouches, envoyez-les au Mans.

- page 134 (source 2) point rouge

MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR
Le Mans. 26 novembre 1870, 10h.10. soir. Allain-Targé à général Kératry (Yvré)
Vous n'avez pas le temps de lire des journaux.
Je tiens à vous dire cependant que le rédacteur de "l'Union de la Sarthe", ayant publié un article odieusement mensonger sur la visite du ministre au camp de Conlie, vient d'être arrêté et traduit en cour martiale.
Le Commisaire, Targé.

CABINET DU PREFET DE LA SARTHE.
A M. le général de Kèratry
Le Mans, 29 novembre 1870
Général, Je vous envoie la copie de la dépêche que j'ai reçue vendredi du Ministre.
Vous y verrez avec quelle énergie il a repoussé le jugement qu'on lui prêtait sur l'organisation de votre camp de Conlie.
Je suis personnellement heureux, général, de cette occasion de joindre mes félicitations à celles du ministre et de vous assurer de mes sentiments les plus distingués et les plus dévoués. Le Préfet de la Sarthe, Chevalier,

Le Mans de Tours, 26 novembre.
Intérieur et Guerre à Préfet du Mans. (Extrême urgence.)
Cette manœuvre est odieuse.
J'ai eu le plaisir de féliciter moi-même le général Kératry, le général Le Bouëdec, les colonels Rousseau et Julien, sur l'excellente organisation du camp de Conlie et l'état des fortifications.
Nous ne pouvons pas laisser d'indignes citoyens répandre de fausses nouvelles et la calomnie pour desservir les opérations de la guerre.
Léon Gambetta. Pour copie conforme : Le Préfet de la Sarthe, Chevalier.

- page 9 (source 1) point rouge

Glais-Bizouin, membre du Gouvernement de Bordeaux.
Rennes, 12 décembre, 10 h. soir.
Reçu votre dépêche ; mais il faut que Gambetta prenne une mesure immédiate dans un sens ou dans l'autre. Car le nouveau général à déjà donné ordre d'arrêter tous travaux du camp qu'on désarme.
On va disséminer en arrière toutes les troupes qui ont coûté tant de sacrifices au pays.
Je proteste de toute mon énergie contre cette mesure désastreuse pour la Bretagne et la défense nationale, et cette protestation sera ma dernière, vous devez le comprendre.
Pas une minute à perdre, pour arrêter cette dissolution de l'armée qui stupéfie.
Kératry.

- page 229 n°33 (source 1) point rouge

Bordeaux, 16 décembre, 10 h. matin.
Guerre à Gambetta, Bourges, (Très-urgent).
Je reçois du général Marivault la dépêche suivante : « Je demande de nouveau l'ordre de l'évacuation. Il y a péril physique et moral à rester plus longtemps sans pouvoir donner aux troupes l'assurance d'un changement. »
Comme le camp de Conlie confine à la politique, je ne crois pas pouvoir prendre une décision à son sujet sans vous en avoir référé. Faut-il, en présence des mauvaises conditions physiques dans lesquelles il paraît que se trouvent nos troupes, et en présence aussi de l'éventualité d'une marche de l'ennemi sur le Mans, faut-il évacUer le camp de Conlie ?
Et si oui, faut-il disperser purement et simplement les hommes, ou chercher un autre emplacement ? Réponse urgente.
C.de Freycinet.

- page 229 n°34 (source 1) point rouge

Bourges, 16 décembre, 12 h. 57 soir.
Gambetta à Freycinet, Bordeaux. (Extrême urgence.)
Il ne faut évacuer le camp de Conlie sous aucun prétexte. J'ignore de quelles conditions physiques on veut parler.
S'il y a des malades, il faut les évacuer seuls. Le Mans peut être menacé, mais fort loin d'être attaqué.
Je ne comprends rien à pareille panique et vous prie de donner des instructions énergiques, et au besoin d'envoyer un homme résolu pour les appliquer. , L. Gambetta

- page 230 n°41 (source 1) point rouge

Bourges, 17 décembre, 9 h. 25 soir.
Gambetta à Freycinet, Bordeaux.
Mon cher ami, je reçois une dépêche très-grave du camp de Conlie; je veux croire qu'elle est exagérée; mais enfin, s'il y a nécessité, malgré le crève-coeur que j'en éprouve, il faut sauver les hommes, choisir un meilleur emplacement, armer au plus vite avec le chargement des derniers navires les 40,000 hommes qu'on dit être là réunis et que l'absence d'armes décourage, prévenir Chanzy à cause du matériel de marine qui se trouve au camp et voir s'il ne lui serait pas possible, à lui, d'en profiter; enfin, faire pour le mieux, même en avouant que je me suis trompé.
L. Gambetta

- page 233 n°54 (source 1) point rouge

Bourges, 18 décembre, 10 h. 45 matin.
Gambetta à délégué Freycinet, Bordeaux.
Je vous accuse réception de toutes vos dépêches et vous remercie de votre ponctualité.
J'ai peur que dans l'affaire du camp de Conlie il ne se glisse quelque peu de passion.
Je ne sais si je me trompe, Il y a là des exagérations évidentes.
J'ai vu ici un officier, aide-de-camp du général Trochn, qui vient de passer par Conlie, et qui ne m'a pas fait, sur l'emplacement et les conditions matérielles de l'installation du camp, un rapport aussi défavorable que je m'y attendais après les dépêches que j'avais reçues.
Il dit cependant que la boue est si forte que les exercices sont impossibles.
Pour cette seule raison, j'admets parfaitement qu'on étudie la question de la translation du camp, mais je vous prie de faire procéder à toute cette opération avec sagesse et lenteur.
Je ne veux pas que l'affaire du camp de Conlie puisse devenir un embarras pour nous moins que pour personne, et si je vois clair, je m'aperçois qu'à Nantes déjà, et bientôt à Bordeaux, on s'agitera fort autour de cette question.
Je vous recommande spécialement votre correspondance avec Marivault.
Mettez-y tous vos soins.
N'envoyez à Conlie que des hommes de confiance.
Enfin, ne perdez pas de vue qu'il ne faut pas que l'on puisse quelque jour mettre en avant l'erreur de Conlie, s'il y a eu vraiment erreur, pour attaquer l'institution des camps, que je considère comme l'un des actes les plus importants de notre administration. .
L. Gambetta

- page 132 (source 2) point rouge

CONSEIL D'ÉTAT.
Paris, le 22 novembre 1872.
A M. de Kératry
Monsieur, J'ai obtenu, depuis quelques jours, les derniers documents réclamés à la guerre au commencement de septembre.
Ainsi qu'on pouvait le pressentir, les armes qui vous étaient refusées étaient en grande partie dirigées sur des arsenaux, et elles y sont restées jusqu'à la fin de la guerre.
Nous sommes aujourd'hui en mesure d'établir matériellement ce fait:
1° pour les fusils, carabines et cartouches Spencer;
2° pour les fusils et cartouches Remington. Veuillez agréer, etc.
Le Trésor de la Rocque (1).
(1) M. Le Trésor de La Rocque, conseiller d'État, avait été chargé par la Commission des marchés de l'enquête sur l'emploi des armes acquises par la Commission d'armement.

- page 162 (source 2) point rouge

Gambetta à délégué Guerre, Bordeaux.
Lyon, 2l décembre 1871, 8 h. 50m. s.
Quand je vous ai renvoyé le rapport sur l'affaire de Conlie, je vous ai fait observer qu'il fallait une reddition de compte pour mettre ma responsabilité à couvert.
Je vous disais de constituer une Commission des comptes devant laquelle on appellerait MM. de Kératry et Carré-Kérisouët ; Il le faut; faites appeler le général Haca.
Demandez lui une note plus précise que le rapport, et faites instruire rigoureusement sur cette déplorable affaire.
Il faut que le gaspillage, s'il y en a, soit bien établi à la charge de ceux qui s'en sont rendus coupables.
Signé : Léon Gambetta.

boiteverte

boiteverte 2 - Rapport du docteur Aubry
barre de titre

Rapport de la commission d'enquête 1416J 1872 annexes page 285.

« A M. le général commandant en chef le camp de Conlie. 28 décembre 1870.
GÉNÉRAL,
Conformément à votre ordre, j'ai l'honneur de vous adresser le rapport sur l'état sanitaire du camp de Conlie à la date du 28 décembre.
Les ambulances du camp contiennent, à cette date, 161 malades.
Le nombre des varioleux est de 42.
Le nombre des hommes atteints de maladies différentes est de 119.
Parmi les varioleux, j'ai constaté trois cas très-graves, dix cas très-légers, le reste, des varioles à marche régulière.
Les maladies dominantes dans les autres salles sont généralement très-peu graves: les plus nombreuses sont des maux de gorge simples, des diarrhées non dyssentériques, des bronchites légères; de rares pneumonies ont été observées, il y a quelques jours. Aujourd'hui, cette maladie ne se trouve pas dans les ambulances. On peut donc considérer l'état sanitaire du camp comme satisfaisant.
Le froid qui sévit a, suivant moi, été favorable, en arrêtant les putréfactions imminentes, qui ne manqueraient pas d'engendrer des miasmes putrides en cas de dégel.
Si ces conditions devaient se réaliser, on verrait très-probablement se manifester les fièvres typhoïdes et la dyssenterie.
Depuis l’établissement du camp de Conlie, la mortalité dans les ambulances a été de 109, dont 58 varioleux.
Pour apprécier ces chiffres, il importe de ne pas perdre de vue que de fréquentes évacuations ont eu lieu, et que nous ignorons le sort de beaucoup d'hommes évacués.

Agréez, général, etc.
J. AUBRY, médecin principal. »

boiteverte

boiteverte 3 - Rapport supplémentaire
barre de titre

Dépositions des témoins, tome 5, Rapport de la commission d’enquête du 4 septembre.

Rapport mp_tex_9968_rapport_1875 Rapport mp_tex_9967_rapport_1875

boiteverte

boiteverte 4 - Projet de marche sur Tours
barre de titre

Petits mémoires - Emile de Kératry, (Paul Ollendorff Editeur, Paris 1898).

« La vérité, c'est que Gambetta, là où amis et adversaires de la Révolution vivaient unis et confondus, avait trouvé une armée essentiellement française et patriotique, ni républicaine ni royaliste : que, cédant aux soupçons déjà excités dans son esprit, il avait cru devoir accentuer son mécontentement en m'adressant la dépêche suivante :
Mon cher général,
Je pars pour Tours où je suis réclamé. Je vous adresse copie d'une proclamation à l'armée de Bretagne. Cette proclamation sera imprimée pour être lue à trois appels consécutifs.
Bien à vous,
Léon GAMBETTA.

Cette proclamation contenait, entre autres, ces mots :
Songez que vous vous battez pour sauver à la fois la France et la République, désormais indissolublement liées dans la bonne comme dans la mauvaise fortune.
.... Vive la France! Vive la République une et indivisible !
Léon GAMBETTA.

Pareil langage, à cette époque, adressé à des Bretons, était une véritable hérésie, et de plus une grosse faute. C'était jadis à ce cri sinistre que nos pères montaient sur les échafauds de Carrier. (Jean-Baptiste Carrier)
A onze heures du soir, dans une salle fumeuse du bourg d'Yvré, au bord de l'Huisne, j'étais entouré d'officiers qui s'indignaient d'avoir vu leur esprit de sacrifice ainsi méconnu. Les colères grondaient sourdement.
Enfin, le projet fut agité de marcher sur Tours, alors complètement dégarni de troupes; de faire prisonniers Gambetta et ses collègues; d'appeler sans délai à leur place un délégué de chaque conseil général de France et de réunir une consulte des vieux généraux encore disponibles. Ce devait être la réponse à M. de Bismarck, qui demandait où se trouvait la représentation de la France.
Pressé d'agir pour opérer une marche de nuit favorable, j'hésitai quelque temps. Partagé entre cette idée que, si j'arrachais à mon ancien collègue, Gambetta, le gouvernement pour le restituer à la France, je pouvais déchaîner la guerre civile entre l'Ouest et le Midi; que, de plus, on pourrait dire plus tard que j'avais empêché Gambetta de ramener la victoire au pays, et entre cette autre pensée, que j'avais eu l'honneur de servir ma patrie, comme officier régulier, et que tout me défendait d'attacher mon nom et celui de mes enfants à un pronunciamiento militaire, je finis par signer ma démission motivée, et l'expédiai sur Tours.
Ai-je eu tort ? Ai-je eu raison ? Je ne sais. Quelle horrible chose que la politique pour une âme de soldat ! »

Kératry  mp_tex_9957_pm_keratry_206 Kératry  mp_tex_9956_pm_keratry_207 Kératry  mp_tex_9955_pm_keratry_208

boiteverte

boiteverte 5 - Déposition de M. Freycinet
barre de titre

Dépositions des témoins, tome 3, Enquête parlementaire. n°1416 1872 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 10 aout 1871 - Extraits.

coche verte 5-1 Sur l'équipement en armes - page 15 :

« M. de Freycinet. — ... Maintenant, j'ajouterai que l'organisation originaire du camp de Conlie s'est faite entièrement en dehors de nous.
M. de Kératry, qui était investi du commandement du camp de Conlie, nous a demandé un crédit qui lui a été ouvert pour l'organisation de ce camp.
Il nous a déclaré qu'il se chargeait lui-même d'armer et d'équiper ses hommes ; je ne m'en suis pas occupé, cela s'est fait entièrement en dehors de nous, et il est facile de le le voir par ma correspondance et par les dépêches que j'envoyais.
Ce n'est qu'après le départ de M. de Kératry que j'ai eu à m'occuper du camp de Conlie, qui rentrait dans la loi commune à partir de ce moment.

M. le comte de Durfort de Civrac. — Ainsi, tant que M. de Kératry a été à la tête du camp de Conlie, ce camp a été étranger au Ministère de la Guerre?

M. de Freycinet. — II n'était pas étranger au ministère de la guerre, mais il était dans une période d'organisation et M. de Kératry nous avait déclaré que, moyennant un crédit de 8 millions, il se chargeait de l'armement et de l'équipement du camp de Conlie.

M. de Rainneville. — Alors c'est M. de Kératry qui'est responsable de la qualité des armes achetées?

M. de Freycinet. — Je ne m'en suis pas occupé; je n'ai envoyé ni dépêches, ni lettres, pendant que M. de Kératry était à la tête du camp de Conlie.

M. le comte de Rességuier. — Le fait énorme d'avoir envoyé à l'ennemi des hommes qui n'avaient aucune éducation militaire, qui n'avaient ni fusils, ni cartouches, ce fait-là cependant incomhe au ministère de la guerre?

M. de Freycinet. — Permettez... J'ignore ce qu'il y a de fondé matériellement dans cette assertion ; mais comme j'avais l'honneur de vous le dire tout-à-l'heure, le choix de ces hommes, dans le camp de Conlie, a été fait par les généraux Chanzy et de Marivault, non par l'administration de la guerre. Aucun ordre émanant de l'administration de la guerre, n'a été envoyé pour dire de choisir tels hommes plutôt que tels autres.
Il n'y a jamais eu autre chose qu'une autorisation accordée à ces deux généraux de se concerter et de régler le choix d'un commun accord.

M. le comte de Rességuier. — Je voudrais mieux préciser la question. Les généraux de Marivault et Lalande nous ont dit qu'ils vous avaient déclaré l'un et l'autre que, dans l'état du camp de Conlie, avec des fusils absolument impropres à tout service, avec des cartouches qui n'entraient pas dans les canons, il leur était impossible de conduire des hommes à l'ennemi.
Ils ont envoyé des dépèches à l'état-major du général Chanzy, ils en ont envoyé à Bordeaux, dans lesquelles ils disaient : « Mener ces hommes devant l'ennemi, c'est les mener à la boucherie, au déshonneur ! »
Je me rappelle bien les expressions dont ils se sont servis, j'en ai pris note.
Eh bien ! avez-vous eu connaissance de ces dépêches?
J'ajoute que le général de Marivault nous a dit avoir résigné son commandement et en avoir été relevé après l'envoi d'une dépêche qui se terminait par une protestation, contre l'inutile et criminel sacrifice d'hommes qui avait été fait à la Tuilerie.
Dans ces conditions, est-ce le général Chanzy, qui, lui, de son autorité privée, a fait venir du camp de Conlie des hommes que les généraux qui les commandaient trouvaient impropres au service?
ou bien est-ce de Bordeaux que vous avez envoyé, coûte que coûte, l'ordre de les faire partir ?

M. de Freycinet. — Non, non; je n'ai passé aucun ordre de ce genre.

Un membre. — Avez-vous reçu les dépêches des généraux Lalande et de Marivault disant : « Les hommes du camp de Conlie ne sont pas en état de se battre? »

M. de Freycinet. — Il y a eu pendant très longtemps une sorte de conflit entre les généraux Chanzy et de Marivault. C'est précisément pendant ce conflit que nous n'avons pas voulu intervenir ; car nous n'avions pas la possibilité matérielle d'apprécier la valeur des mobilisés de Conlie. ... »

boiteverte

coche verte 5-2 Sur l'attribution des armes - page 17 :

« M. Dezanneau.— J'ai une question à adresser à M. de Freycinet.
Il parait prouvé par une pièce qu'au moment où l'on faisait marcher les 10,000 mobilisés du camp de Conlie. il y avait des armes, des Chassepot et des Remington, qui n'avaient pas été distribués aux troupes.

M. de Freycinet. — A quel endroit étaient déposés ces fusils?

M. Dezanneau. - Au camp de Conlie. ...

M. de Freycinet. — Je n'en ai pas connaissance. Mais je dis que le fait ne m'étonnerait pas, attendu que nous manquions de chassepots et qu'on avait pris la mesure générale de ne donner des chassepots qu'aux troupes régulières.
Vous savez qu'il y a le plus grand intérêt à ce que toutes les troupes régulières aient la même arme.
Eh bien! comme on tenait à donner aux troupes régulières des chassepots, on les réservait tous pour ces troupes. »

boiteverte

coche verte 5-3 Sur la commission d'armement - page 16 :

« M. de Freycinet. — ... Mais nous sommes restés complètement étrangers au choix des armes. La commission d'armement, qui achetait les armes, relevait du ministère des travaux publics.
Elle n'a jamais relevé du ministère de la guerre et nous n'avons jamais eu l'ombre d'une communication hiérarchique avec la commission d'armement.
Par conséquent, ce qu'elle a fait de bien ou de mal nous est absolument étranger. Je le répète, l'administration de la guerre n'a aucune pièce qui établisse l'ombre d'une relation quelconque avec la commission d'armement.
En ce qui concerne par conséquent la qualité des armes, je n'ai jamais eu à me prononcer. On nous donnait des armes ; nous les prenions comme on nous les donnait.
Quand elles étaient médiocres, nous les restitutions. On est venu me dire qu'un certain nombre de fusils n'étaient pas percés: quand j'ai appris cela, naturellement, cela m'a fait bondir et immédiatement j'ai fait appeler le général Thoumas ; « Voilà ce que j'apprends ; envoyez un officier d'artillerie à Rennes pour faire la vérification. »
Et, en effet, il y avait un certain nombre de cheminées de fusils qui n'étaient pas percées.

M. le comte de Durfort de Civrac. — Je demanderai comment il se fait que cette commission d'armement, dont l'importance était si grande, ne fut pas directement sous les ordres du ministère de la guerre ?

M. de Freycinet. — Je ne pouvais pas l'exiger: j'étais une sorte de secrétaire général délégué du ministre. Tout au plus le Ministre de la guerre pouvait-il l'exiger.

M. le comte de Durfort de Civrac. — Enfin la guerre ne peut pas se faire sans armes !

M. de Freycinet. — Evidemment. Mais la commission d'armement existait avant mon entrée au ministère.
Elle a été constituée par le gouvernement de Paris, dans le courant du mois de septembre. Quand je suis arrivé à Tours, elle était déjà en fonction; il m'était impossible, à moi , nouveau venu, de lever une question de ce genre. On n'aurait pas manqué d'y voir de ma part une occasion d'accaparer, de m'étendre.

Un membre. — De quelle autorité relevait la commission d'armement?

M. de Freycinet. — Elle relevait du ministre des travaux publics ; je crois que c'était de M. Crémieux. »

boiteverte

boiteverte 6 - Rapport de M. le comte Rampon
barre de titre

Rapport fait au nom de la commission des marchés sur les opérations de la Commission d'armement
rédigé par M. le comte Rampon. n°1490 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873).

coche verte Sur l'attribution des armes américaines page 142 :

« Dès le mois d'août, le Ministère de l'intérieur avait reçu la mission de distribuer des armes aux gardes nationales sédentaires. A Tours, une décision du Gouvernement avait réservé au Ministère de la guerre la distribution des armes se chargeant par la culasse, au Ministère de l'intérieur, celle des armes se chargeant par la bouche.
Ainsi, les régiments de ligne et les gardes mobiles étaient armés de fusils se chargeant par la culasse, les gardes nationales mobilisées ou sédentaires de fusils se chargeant par la bouche.

Cette répartition des armes entre deux Ministères, logique et nécessaire au mois d'août, n'avait plus sa raison d'être en septembre. Les événements de la guerre, en nous privant de la plus grande partie de nos troupes prisonnières à Sedan, bloquées dans Paris ou dans Metz, ne laissaient plus sous la dépendance du Ministère de la guerre que quelques débris de régiments de ligne, et la moitié à peu près des bataillons de mobiles.
Dès le mois d'octobre, et surtout dès le mois de novembre, les armes se chargeant par la culasse, qui arrivaient en grand nombre, excédaient les besoins du Ministère de la guerre. On ne s'explique pas comment l'excédant ne fut pas reporté d'un Ministère sur l'autre, d'autant plus qu'à Tours et à Bordeaux, les deux Ministères étaient dans la même main.
Les fusils se chargeant par la bouche arrivèrent à partir du mois d'octobre. Ceux-là, du moins, le Ministère de l'intérieur les distribuait avec une infatigable ardeur.
Mais dans quel ordre le Gouvernement en réglait-il l'emploi? Il avait déclaré qu'il fallait commencer par armer les mobilisés des départements envahis ou limitrophes de l'invasion? Qui se trouvait plus rapproché de l'ennemi que les mobilisés de l'Ouest et de Conlie? C'est par eux, pourtant, que s'est terminée la distribution des armes. Le Ministère de la guerre ne les armait pas de fusils se chargeant par la culasse. Le Ministère de l'intérieur ne les armait pas davantage de fusils se chargeant par la bouche.

Le Gouvernement avait reçu, sans parler des 39,760 fusils Enfield et de 5,233,000 cartouches, livrés au Ministère de l'Intérieur, avant le mois de décembre, par la Commission d'armement, 192,913 fusils springfield et 16,487,510 cartouches, et le Gouvernement livrait ces armes aux mobilisés des départements du Midi, les plus éloignés du théâtre de la guerre, notamment aux mobilisés du Gard, du Cantal, de l'Ardèche, de la Dordogne, de la Drôme, de la Gironde, des Landes, de la Haute-Loire, des Alpes-Maritimes, du Lot, de l'Ariége, de Tarn-et-Garonne, de la Corrèze, des Hautes-Alpes, de la Lozère, des Hautes-Pyrénées, du Tarn, des Basses-Alpes, du Lot-et-Garonne, de l'Aude, de l'Aveyron, de la Haute-Garonne, de l'Hérault et de Vaucluse.
Les mobilisés de Bretagne ne furent armés que le 9 janvier, à la veille de la bataille du Mans, longtemps après les mobilisés du Midi, longtemps après les gardes nationales sédentaires.
44,000 fusils springfield furent distribués aux mobilisés ; mais ceux-ci, ne connaissant pas le maniement des armes, étaient pour la plupart inhabiles à s'en servir. Les fusils, que le rapport du commandant d'artillerie Plumerel déclare de bonne qualité, étaient dans le plus piteux état. Ils traînaient, depuis le 20 octobre, aux Etats-Unis ou en France, sur les quais des gares, sur les quais des ports, dans la cale des navires ; les canons étaient couverts de rouille, les cheminées étaient bouchées ; un nettoyage à fond, des réparations mêmes étaient nécessaires, et ce sont de pareilles armes qu'on distribuait, en présence de l'ennemi, à des soldats improvisés !
Le retard apporté dans l'armement des mobilisés de Bretagne a pu contribuer, dans une certaine mesure, à la désastreuse issue de la bataille du Mans. (pièce 97)

Le décret du 29 septembre 1870 avait attribué à la Commission d'armement la répartition des armes acquises et transformées par ses soins. Mais la Commission s'émut la première de ce privilège excessif.
Aux termes de sa lettre du 11 octobre, « la répartition des armes devait nécessairement s'inspirer des nécessités de la défense et d'une connaissance exacte des opérations militaires. Or, la Commission ne possédant aucun élément pour cette appréciation, il lui était impossible d'en assumer sous aucune forme la responsabilité.... L'article 2 du décret (du 29 septembre) devait être modifié en ce sens qu'au gouvernement seul appartiendrait la répartition des armes par les deux Ministres de l'Intérieur et de la Guerre. »
L'avis de la Commission finit par l'emporter. Une circulaire du Ministre de l'Intérieur (14 octobre) détermina le sens exact du décret.
La Commission présentait aux Ministères les états des arrivages, et ils en faisaient à leur gré l'attribution et la répartition aux corps d'armée ou aux départements.
Ainsi, dès que les armes étaient débarquées et livrées aux directions d'artillerie ou aux officiers chargés de les recevoir, le mandat de la Commission cessait. Le Ministre de l'Intérieur et de la Guerre avait seul la mission de répartir les armes entre les corps d'armée, les départements et les villes.
C'est à lui seul qu'incombé la responsabilité de cette distribution, si tardive, si incomplète et si mal réglée. »

« Pièce n° 97.
Lettre de M. le général Chanzy à M. le comte Rampon.
Versailles, 6 juin 1873.
MON CHER COLLÈGUE,
Vous avez parfaitement raison dans votre appréciation de l'influence que les retards apportés dans l'armement des mobilisés du camp de Conlie ont eu non seulement sur l'issue de la bataille du Mans, mais encore sur toutes les opérations de la deuxième armée de la Loire à laquelle on annonçait toujours une réserve qui n'a, par le fait, jamais existé à Conlie.
Je suis ici en passant, ne sachant si je pourrai vous rencontrer, j'ai préféré vous écrire ces quelques mots pour vous dire que vous pouvez parfaitement maintenir la phrase dont vous voulez bien me donner le texte.
Veuillez agréer, je vous prie, mon cher collègue, l'expression de mes sentiments les plus affectueux et les plus dévoués.
Général CHANZY. »

x  mp_tex_9954_rampon_142 x  mp_tex_9953_rampon_142 x  mp_tex_9952_rampon_142 x  mp_tex_9949_rampon_piece97_2

boiteverte

coche verte Sur la vérification des armes américaines page 18 à 24 :

« ... Le Gouvernement avait adjoint à la mission Anglaise un officier d'artillerie, le capitaine Boudreaux, accompagné d'un nombreux personnel, et il ne songea point à désigner pour l'Amérique d'officier ou de contrôleur. Le capitaine Guzman, officier très-instruit, très-capable, se trouvait à New-York. Notre collègue, M. Riant, vous a raconté les incidents de son séjour.
Il attendait avec deux officiers et un contrôleur un matériel qu'on lui promettait tous les jours et qu'on ne livrait pas. Il aurait pu vérifier les cartouches, les fusils, les harnais, le matériel d'artillerie, les canons. Il demanda des ordres et ne les obtint jamais.

Les traités conclus avec M. Remington stipulaient la vérification des armes, mais elle devait avoir lieu aussitôt après l'arrivée des navires, tandis qu'elle ne pouvait être efficace qu'en Amérique avant le départ. Dans une lettre du 4 septembre 1871, M. le ministre de la guerre assure que son administration n'a pas connu ces traités. Le Ministre a été mal informé. Les directions d'artillerie du Havre, de Cherbourg et de Brest, ports choisis pour le débarquement des armes, avaient connu les marchés; elles avaient reçu les instructions de la commission d'armement.
Ces directions attribuent aux circonstances l'absence du contrôle. On manquait d'employés spéciaux, de contrôleurs d'armes. Stimulé par le télégraphe, on débarquait en toute hâte. On se bornait, après vérification sommaire, à délivrer des récépissés constatant les quantités.
Ainsi, pour les armes reçues en vertu de traités, la vérification a été prévue, mais elle n'a pu avoir lieu ; quant aux achats effectués sans traité, l'idée d'un contrôle n'est même pas entrée dans les prévisions du Gouvernement.

Pour les armes neuves tirées des arsenaux des Américains, ou des usines de la maison Remington, il y avait une garantie morale, mais beaucoup d'armes ne provenaient pas de cette origine.
Lorsqu'on pénétrera dans le détail des achats, on s'apercevra que l'économie d'un contrôle a coûté cher au Trésor.
...

Tous les fusils springfield livrés par la maison Remington, ne proviennent pas directement des deux achats du 28 septembre et du 19 octobre.
Il est vrai qu'une dépêche (8 octobre, n° 410) de la Commission d'armement, autorisait M. Squire (représentant de la maison Remington), non-seulement à acheter les 350,000 fusils springfeld, mis en vente les 28 septembre et 19 octobre, mais tout ce qu'il pourrait obtenir en sus de ces quantités. Il est vrai que la dépêche ajoutait : « Vous n'êtes pas limité pour le prix. »
Cette dépêche autorisait-elle l'achat effectué en novembre, de 20,000 fusils springfield, livrés par un sieur Pond ? Ces fusils, payés 10 dollars 12 cents 1/2, étaient-ils neufs ? Squire le prétend ! Rien ne le prouve. Il explique que ces armes avaient été achetées par Pond, en différents lots, dans les arsenaux de divers Etats; il ajoute, que Pond les détenait en toute propriété, lorsqu'il en fit la première offre à lui Squire.
Tout cela n'est pas, très vraisemblable. Pond, simple commissionnaire, et peu muni d'argent comptant, ne pouvait guère avoir à sa disposition les 200,000 dollars nécessaires pour payer les 20,000 fusils.

Mais si Pond n'était pas propriétaire des armes, pourquoi Squire a-t-il usé de son intermédiaire ? Ces armes, du moins, étaient-elles de bonne qualité ? Nous l'ignorons.
Elles ne provenaient certainement pas des arsenaux du Gouvernement fédéral, il n'y a pas plus de garantie morale, que de contrôle matériel.
Elles sont tirées on ne sait d'où, embarquées on se sait comment, et mêlées avec d'autres lots de springfield.
Au départ de New-York, comme à l'arrivée, au Havre, personne ne les visite. Si, dans ces conditions, le Gouvernement a obtenu de bonnes armes, il a été singulièrement favorisé par la fortune.
»

boiteverte

boiteverte 7 - Déposition de l'amiral Fourichon
barre de titre

Dépositions des témoins, tome 1, Enquête parlementaire. n°1416 1872 - (Cerf et fils, Versailles, 1872) - Séance du 16 mai 1872 - Extraits page 641.

« Avant de vous dire le peu que je sais du camp de Conlie, je vous prie de me laisser raconter mes relations avec M. de Kératry.
A son passage à Tours pour se rendre en Bretagne, M. de Kératry vint me voir, et après m'avoir informé du commandement qu'il allait exercer, il ajouta qu'il aurait beaucoup de demandes à adresser à la Marine.
Je lui répondis que les arsenaux et autres établissements de la marine travaillaient nuit et jour à la confection du matériel demandé pour la défense nationale, et que tous les produits de ces travaux étaient et devaient nécessairement être mis à la disposition du ministre de la guerre, qui, seul, pouvait en faire la répartition suivant les besoins des armées; que, par conséquent, c'était, au ministre que lui, M. de Kératry, devrait adresser ses demandes ; que rien ne lui serait délivré directement, sauf dans les cas d'urgence où les chefs des établissements maritimes apprécieraient sous leur responsabilité.
M. de Kératry ne contesta point la convenance, je dirai la nécessité de cette manière de procéder. Cependant je fus bientôt informé qu'il s'était prétenté aux préfets maritimes de Brest et de Lorient, comme muni de pleins pouvoirs auxquels on était tenu d'obéir. Sur cette information, j'avertis le ministre de la guerre, et je renouvelai mes prescriptions antérieures.
Mais déjà M. de Kératry avait obtenu livraison de plusieurs choses, notamment des 300 derniers fusils chassepots qui restaient à Lorient pour armer nos fusilliers marins, entre les mains desquels ces armes eussent été mieux utilisées qu'au camp de Conlie. Rien, d'ailleurs, n'a été refusé à M. de Kératry de ce qu'il a demandé régulièrement, soit en matériel de guerre, soit en personnel d'ouvriers des arsenaux.
Et cependant M. de Kératry a récriminé contre l'administration de la marine! Vous jugerez, Messieurs, de la valeur de ses plaintes. »

boiteverte

boiteverte 8 - Dépositions de M. de Kératry
barre de titre

coche verte Première déposition du 15 juillet 1871 :
Source : Dépositions des témoins, tome 1, Enquête parlementaire. n°1416 1872 - (Cerf et fils, Versailles, 1872) - Séance du 15 juillet 1871 - Extraits.

boiteverte

coche verte 8-01 Sur l'évacuation du camp - annexes page 680 :

« Quelques jours après mon départ du camp de Conlie, j'apprends que l'armée de Bretagne et le camp de Conlie sont frappés à mort par l'administration de la guerre qui ordonne de désarmer le camp et de ranger en arrière les contingents Bretons, pour les cantonner , c'est-à-dire pour les priver de toute organisation et de toute cohésion.
Je protestai de toute mon énergie; car je prévoyais les futurs désastres du Mans, et il était bien dur de penser que là Bretagne qui s'était sacrifiée, allait être livrée sans défense à l'invasion. »

boiteverte

coche verte 8-02 Sur l'insuffisance de l'armement - page 685 :

« ... M. Maurice. — Vous avez dit que l'armement était insuffisant, souvent incomplet. Est-ce le ministère de la guerre qui s'est opposé à l'armement et qui a apporté du mauvais vouloir, ou M. Gambetta ?
M. le comte de Kératry. — M. Gambetta apportait à cet égard le plus grand bon vouloir; c'était l'administration de la guerra à Tours et l'amiral Fourichon qui faisaient preuve de la plus mauvaise volonté. »

boiteverte

coche verte 8-03 Sur l'état sanitaire - page 684 :

« ... Notre intendance a marché admirablement, les troupes n'ont jamais manqué de rien pendant ma gestion. Interrogez-les : riz, pain, vin, viande et ce qui ne se donnait nulle part, de la paille de couchage, café et légumes, quelquefois eau-de-vie, tel était l'ordinaire de mes soldats et officiers, comme de moi même. Nous couchions tous sous la tente.
Quant à la mortalité, qui ailleurs a été si grande, elle a été presque nulle.
Lorsque j'ai quitté le camp de Conlie, il était mort sept hommes; en regard de ce chiffre, il faut mettre le mouvement des hommes qui sont venus au camp jusqu'à mon départ: 32,000.
Voilà pour l'état sanitaire ; je crois qu'ailleurs il serait difficile de trouver une situation plus satisfaisante;
cependant des armées, habituées soit à la vie d'Afrique, soit à la vie de garnison, devaient être plus solides que la mienne, recrutée d'hier parmi les paysans, les ouvriers des villes, les bourgeois.
Vous ne pouvez pas ignorer qu'à ce moment là, la Bretagne était décimée par une violente épidémie de petite-vérole. 62,000 mobilisés Bretons ont été levés et expédiés à Conlie avant et après mon départ. Le chiffre officiel des décès a été de 143 : 88 par variole, 55 par autres maladies.
Il y a eu 1,433 évacuations, 208 réformés, 70 congédiés sur 1,654 malades, entrés dans les cinq ambulances départementales créées dans l'armée de Bretagne. ... »

boiteverte

coche verte Deuxième déposition du 6 juillet 1872 :
Source : Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 6 juillet 1872 - Extraits.

coche verte 8-2 Sur l'équipement en armes - annexes page 92 :

« ... Vous voyez, messieurs, que ce décret (du 22 octobre) contenait deux clauses particulières: par la première, un crédit de 8 millions m'était ouvert. Certains esprits ont trouvé cette attribution irrégulière ou exagérée : qu'il soit dit en passant que ce ne fut qu'une faible fraction de ce que la Bretagne a fourni pour son contingent numéraire, à savoir, plus de 15 millions ; ce crédit n'était donc qu'une avance, parfaitement régulière et naturelle sur ces 15 millions.

Car il était entendu par ce décret que j'étais chargé de nourrir, équiper, habiller les hommes, mais non, il faut le remarquer de suite, de les armer.
En effet, comment eût-on pu avec 8 millions, non-seulement nourrir, habiller et équiper, mais encore armer 40,000 soldats, chiffre du contingent en hommes prévu ?
Le plus simple calcul suffirait pour combattre une semblable assertion. En effet, 40.000 fusils, (et encore sans le prix des cartouches) à 100 f. chaque, auraient coûté 4,000,000 francs. Que serait-il resté pour nourriture, équipement, habillement, transport, établissement du camp, sans parler de la solde ? ... »

boiteverte

coche verte 8-3 Sur le rôle des forces de Bretagne - annexes page 93 :

« ... En effet, j'avais le désir de rendre service à mon pays, je m'étais offert comme mes anciens collègues, MM. Carré-Kérisouët et Estancelin ; je prétendais réunir en un seul groupe bien compacte tous les contingents bretons restés en dehors de la direction de la guerre.
Que répondit M. Gambetta à mes propositions ? « Je vous autorise à lever tous les contingents mobilisés. »
Il est bien entendu, lui avais-je écrit, que nos compatriotes ne seront appelés par moi que dans un but, celui déterminé par ma lettre du 21 octobre.
Car de pareilles troupes seraient incapables de tenir en rase campagne ; ce seront des forces relatives, qui devront s'appuyer à quelque autre force, ayant un objectif spécial et marchant sur une ligne bien déterminée ; cette ligne désignée était celle de l'Ouest que je connaissais parfaitement comme plus accessible à de jeunes recrues, incapables de tenir en plaine comme de vieux soldats.
J'habite depuis longtemps le département de Seine-et-Oise; je savais aussi, par des dépêches qui m'arrivaient de Saint-Germain à travers les lignes ennemies, que la partie du territoire qui longe la forêt de Rambouillet était fort peu occupée par les Allemands.
Il fut donc entendu que l'armée de Bretagne n'aurait qu'un but : l'essai de ravitaillement de Paris par la ligne de l'Ouest ; nous ne devions nous engager à fond que lorsqu'une armée soit de droite, soit de gauche, aurait fait une pointe offensive.
Lorsque je sortis du cabinet de M. Gambetta, uniquement armé d'une signature, qu'étais-je ? Messieurs, un simple citoyen, fort de sa passion de servir son pays, transformé, comme en Amérique, en chef militaire provisoire : je n'avais à ma disposition ni généraux, ni officiers, ni intendants, ni cadres, ni soldats, ni canons. Je n'avais rien, absolument rien qu'un papier, il fallait, tout faire, tout chercher, tout créer. Je me rendrai cette justice que je n'ai pas failli à la peine. ... »

boiteverte

coche verte 8-4 Sur la boue du camp - annexes page 93 :

« ... Un des grands griefs portés contre cette installation de Conlie à été la boue.
Mais à Satory, au camp de Chàlons, n'éprouve-t-on pas les mêmes inconvénients, quand il tombe de grandes averses, et que 45.000 hommes s'y agitent ?
La boue était inséparable de l'hiver ; les pluies furent torrentielles, et je me rappelle avoir vu, lors des premiers jours de l'armistice, les Allemands manœuvrer sur les chaussées et sur les boulevards d'Orléans, avec de la boue jusqu'aux jarrets. C'était un inconvénient inévitable ... »

boiteverte

coche verte 8-4-2 Sur l'état sanitaire - annexes page 93 :

« ... C'était un inconvénient inévitable, et si je me reporte aux rapports médicaux et officiels, intéressant tous les mouvements des mobilisés bretons à Conlie, je vois en définitive qu'il n'y a eu sur place que 143 morts, dont 88 par la variole, sur un effectif réel de 60 000 hommes.
Il est certain que sur 1,433 évacués, il a dû se produire d'autres décès à domicile.
Ce chiffre néanmoins est encore inférieur à la moyenne de la mortalité que présentent les régiments placés dans de meilleures conditions topographiques et climatériques.
L'état sanitaire a donc été satisfaisant, en dépit de tous les mensonges complaisamment colportés.
... »

boiteverte

coche verte 8-5 Sur le recrutement des cadres - annexes page 95 :

« ... En ce qui concerne mes rapports avec la guerre, il a été joué un jeu étrange à Tours ; et j'en comprends aujourd'hui, mieux éclairé, toutes les perfidies.
M. Gambetta qui était ministre de la guerre signait des nominations d'officiers; M. le général Loverdo les détruisait de sa propre autorité; je me suis trouvé, lorsque la première division de marche de l'armée de Bretagne s'est portée en avant, en dépit de toutes les nominations signées par M. Gambetta lui-même, fort de sept officiers appartenant à la guerre; l'effectif en soldats était environ de 25,000 à cette époque.
Nous manquions totalement d'instructeurs, quand la marine aurait pu nous fournir le nécessaire.
Je puis citer le fait d'un officier de marine qui a été traduit après l'armistice en conseil de guerre, recherché pour avoir fait accepter ses services dans l'armée de Bretagne, après y avoir mérité la croix de la légion-d'honneur par sa bravoure au feu.
M. Gambetta avait signé de sa main les nominations clans le corps Breton de plusieurs officiers et de ceux, entre autres, appartenant à la gendarmerie, que je lui avais proposés pour la prévôté du camp : il y avait donc ordre formel du ministre de la guerre ; que fit le général Loverdo ?
Il envoya immédiatement une circulaire confidentielle, indiquant que tout sous-officier ou officier qui viendrait à l'armée de Bretagne serait rayé immédiatement des contrôles de l'armée active.
Il est vrai qu'il était recommandé aux chefs de services dépositaires de cette circulaire de la tenir confidentielle. ... »

page 101 :

« ... Un dernier mot sur le sort des officiers mis à ma disposition. Je n'ai reçu que sept officiers de l'armée régulière.
Après ma démission, plusieurs ont voulu rejoindre leurs corps ; le général Loverdo les a éconduits tristement ; l'un d'eux, lieutenant-colonel, a été renvoyé en Algérie, d'où il était accouru régulièrement, avec perte de ses droits à l'ancienneté. Quel encouragement pour les âmes dévouées ! ...
Dernier symptôme ! il n'a jamais paru, sauf celle de M. Carré-Kérisouët et la mienne, une seule nomination d'officier de l'armée de Bretagne au Journal Officiel;
ce fut absolument comme si elle n'existait plus, et cela malgré toutes les promesses écrites de M. Gambetta ! ... »

boiteverte

coche verte 8-6 Sur la faiblesse de l'Etat-major - annexes page 101 :

« ... Un mot relatif à l'état-major de l'armée de Bretagne et à l'effectif de son intendance ...
On a parlé de l'excessif état-major du camp de Conlie; plût à Dieu qu'on eût procédé partout avec la même réserve.

Chiffres officiels en main, il est constaté qu'au camp de Conlie, y compris le général en chef, l'état-major particulier et l'état-major général de l'armée de Bretagne ne se composaient que de 22 individus. L'effectif en hommes étant de 30,000 environ le 24 novemhre.
Les situations militaires en font foi. En ce qui me concernait, j'avais simplement cinq officiers de grade inférieur prés de moi, et nous étions debout jour et nuit.
Si le même corps avait appartenu à l'armée régulière, son état-major aurait dû se composer de 63 officiers.

Si je passe à l'intendance, je dirai que ce service marchait dans les mêmes conditions d'économie.
L'intendance régulière d'un corps de 30,000 hommes comporte 62 officiers ; nous n'en comptions que 36; par conséquent, la différence était presque inférieure de moitié au chiffre réglementaire ... »

boiteverte

coche verte 8-7 Sur l'hostilité des bureaux de la guerre à Tours - annexes page 112 :

« M. de Kératry. — ... Eh bien ! vous l'avez compris, messieurs, la situation de l'armée de Bretagne s'était dévoilée très grave, à partir du jour où les véritables dispositions de Tours s'étaient manifestées librement : car, si je me reporte aux deux lettres du commissaire-général M. Carré-Kérisouët, que m'écrit-il ? "que les affaires vont très-mal, et que, s'il fallait rendre un nouveau décret du 22 octobre, on ne le rendrait pas", et il cite, entre autres choses, ce propos bien extraordinaire, échappé dans la commission d'armement de la bouche d'un officier français, répété plus tard par M. Gambetta, à savoir : que des fusils à percussion étaient suffisants pour des mobilisés. Nous étions bien loin des bonnes dispositions de la première heure.

M. le Président. — Par qui ce propos a-t-il été tenu?

M. de Kératry. — Par le colonel Thoumas, à la date du 17 novembre,

M. le Président. — Vous dites qu'il fut répété par M. Gambetta?

M de Kératry. — Il me l'a répété à moi-même, au Mans.
A partir de ces manifestations d'hostilité persistante, j'ai compris que l'armée de Bretagne était condamnée. M. Carré-Kérisouët à son retour de Tours m'a tenu le même langage, alors que certains officiers de l'armée de Bretagne rentraient au siège du gouvernement, où ils avaient été envoyés en mission. A leur sens, il y avait une intention bien arrêtée dans l'administration de la guerre, et je crois qu'elle ne l'était pas moins dans le cerveau de M. Gambetta, de ne pas armer l'armée de Bretagne.
Les promesses ont continué, mais tout en se ralentissant. J'en ai connu les tristes résultats.

M. Chaper. — Suivant vous, cependant, à l'origine, M. Gambetta était parfaitement disposé pour l'armée de Bretagne.

M. de Kératry. — Il était parfaitement disposé, le décret du 22 octobre la prouve.

M. Chaper. — Selon vous, le général Loverdo y aurait été opposé, et peu à peu M. Gambetta aurait modifié son opinion et se serait arrêté à celle du général Loverdo, mais beaucoup plus tard ?

M. de Kératry. — J'ai lieu de supposer que cette modification a eu pour première cause mon attitude à Nantes, exploitée dès lors par les préfets radicaux, à qui ma réserve politique avait déplu. Ajoutez à cela les deux causes suivantes : les administrations supérieures de la guerre et de l'intendance, hostiles à la création d'une armée conçue, organisée et fonctionnant en dehors de leur action directe ; d'autre part, les satellites de M. Gambetta, soupçonnant et désignant, dès le premier jour, l'armée de Bretagne comme foyer éventuel d'une conspiration monarchique. On a supposé un instant que les princes étaient dans nos rangs.

M. Chaper. — Aviez-vous connaissance que les princes voulussent servir dans l'armée ?

M. de Kératry. — Leur désir de servir ne fut rendu public que plus tard. En ce qui me concerne, à cette époque, je n'en ai eu aucune connaissance. Quant à moi, si la demande m'avait été adressée par les princes, je les aurais acceptés de grand cœur dans l'armée de Bretagne ...
Quant à M. Gambetta, il a cédé évidemment à des considérations politiques, quand il a brisé l'armée de Bretagne. Il n'avait point de motifs militaires, il n'en peut invoquer aucun : la preuve c'est que, lorsqu'il est venu au camp de Conlie, il a constaté toute sa satisfaction, aussi bien au point de vue stratégique que sous le rapport de l'organisation militaire ; il me l'a témoignée publiquement, ainsi qu'à tous les généraux présents au camp.
La négation de cette satisfaction de M. Gambetta a même donné lieu à l'arrestation d'un journaliste qui fut incarcéré au Mans, et dont je réclamai, en ce qui pouvait me concerner, la mise en liberté, quel qu'eût été son désir d'attaquer le commandant de l'armée de Bretagne. Consultez les dépêches échangées à ce propos entre M. Gambetta et les autorités du Mans: vous reconnaîtrez facilement que l'organisation du camp de Conlie a été si favorablement jugée par M. Gambetta que, deux jours après, il a classé ce camp au nombre des camps définitifs d'instruction.
Eût-il pris pareille décision, si le camp de Conlie avait été ia cause, comme on s'est plu à le dire, de l'avortement de l'armée de Bretagne ? Il faut chercher ailleurs les vrais mobiles de sa conduite.

M. Chaper. — Vous avez dit qu'à un moment M. Gambetta était bien disposé pour l'armée de Bretagne; cependant il ne vous a pas donné d'armes.

M. de Kératry. — Oui, à l'origine, il était favorable, mais tout avait changé. Aussi les armes n'arrivaient pas, et c'était là, je le répète, l'objet de mes griefs et de mes réclamations journalières. J'en ai terminé avec la Commission d'armement; vous avez pu juger des promesses et des réalités.
... »

boiteverte

coche verte 8-8 Sur les demandes d'armes - annexes page 104 :

« Le 26 octobre, je télégraphie à M. Le Cesne :
Rennes, 26 octobre. Général Kératry a comité armement. Tours.
Effectif beaucoup plus considérable que je ne croyais ; manque totalement d'armes. Je compte sur vous pour cargaison prochaine de New-York à Brest. J'ai besoin de 5000 carabines Spencer, 12000 fusils Spencer, 40000 fusils à aiguille, 15 mitrailleuses; tous canons de 12 que vous pourrez acheter... »

boiteverte

coche verte 8-9 Sur l'entourage de Gambetta - annexes page 7 :

« Quant à la cause qui a fait dissoudre l'armée de Bretagne, elle est, pour moi, dans les craintes politiques, inspirées chaque jour à M. Gambetta par une partie de son entourage qui recevait le mot d'ordre de la Commune de Paris, et dans l'hostilité des bureaux de la guerre contre toute tentative d'armée citoyenne, étrangère à sa sphère de création et d'action. »

boiteverte

boiteverte 9 - Rapport de M. de la Borderie
barre de titre

Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale n°1416J 1872 - Le camp de Conlie et l'armée de Bretagne - Arthur de la Borderie,(Cerf et fils, Versailles 1873) - Extraits.

coche verte Sur la mortalité lors de l'évacuation du camp - page 102 :

« Au moment de leur sortie du camp, les divers groupes de mobilisés bretons dépassaient ensemble 40,000 hommes ; mais à la suite de l'évacuation, cet effectif se trouva réduit dans une proportion notable.
La fatigue de plusieurs journées de route sur un sol de boue ou de neige, imposée à des soldats nullement rompus à la marche ; l'entassement des hommes à chaque étape dans des logements ou des casernements parfois insalubres et toujours trop étroits ; l'irrégularité dans les distributions de vivres qui se produisit plus d'une fois pendant le trajet de Conlie en Bretagne ; la rigueur exceptionnelle de la saison, contre laquelle un habillement incomplet, beaucoup trop léger, était une défense insuffisante ; la variole enfin qui sévissait dans la plupart des localités traversées par les mobilisés, — toutes ces causes firent éclater parmi eux une véritable épidémie de pleurésies et de petites véroles.
Le colonel de la 2e légion d'Ille-et-Vilaine nous apprend qu'à peine rendu dans ses cantonnements, ce corps envoya aux hôpitaux où aux ambulances plus de 400 soldats outre ce qu'il avait déjà de congés de convalescence et de malades laissés dans les gîtes d'étapes, si bien que, vers le 10 janvier, l'effectif était tombé de 3,700 hommes à 3,000.
Les mêmes causes produisant les mêmes effets dans tous les bataillons mobilisés, l'effectif total dut être réduit à peu près dans la même proportion, c'est-à-dire d'un sixième.
Dans l'état sanitaire de l'armée de Bretagne, ce fut là le moment critique. Non-seulement les maladies, mais les décès furent nombreux ; nous n'avons trouvé aucun moyen d'en déterminer le chiffre.
Pour ceux des mobilisés qui résistèrent à cette crise, la situation paraissait s'améliorer. Le ministre avait enfin ouvert les crédits demandés, l'intendance les portes de ses magasins; elle rhabillait, réquipait les légions bretonnes avec des effets propres et solides.
Dans les villes où l'on était cantonné, on trouvait peu à peu des instructeurs pour les officiers et pour les soldats, des terrains fermes où marcher, où s'exercer.
Apres s'être séché, nettoyé et rhabillé, on se mettait à l'exercice de bon cœur ; le moral se remontait. »

boiteverte boiteverte

boiteverte 10 - Déposition du général Gougeard
barre de titre

Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 11 juin 1872 - Extraits.

coche verte 10-1 Sur la boue du camp - page 85 :

« Conlie n'est pas une position militaire sérieuse ... Elle est encore moins une position pour un camp d'instruction.
Les eaux n'ont pas d'écoulement, les terres sont fortes et argileuses, de sorte que la boue est quelque chose d'inimaginable.
On y est littéralement enseveli, et il faut avoir assisté à ce spectacle pour s'en faire une idée.
Rien de ce que je pourrais vous dire ne pourrait vous décrire l'aspect du camp de Conlie; c'est quelque chose d'inexprimable. On n'a jamais vu chose pareille. »

boiteverte

coche verte 10-2 Sur les fusils Spencer - page 79 :

« L'infanterie de ligne était armée de chassepots ; la mobile, de chassepots et de remingtons; le bataillon de Rennes, de chassepots fournis par l'Etat; les quatre bataillons de la Loire-Inférieure, de bons sniders fournis par le département ; les autres bataillons, de carabines Spencer achetées en Amérique par l'armée de Bretagne, qui avaient l'aspect extérieur de mousquetons de cavalerie, n'avaient pas de baïonnettes, et qui cependant portaient à 8 et 900 mètres et étaient de la catégorie des armes dites à magasin, c'est-à-dire ayant huit coups de réserve.
Ces armes étaient très délicates et avaient dû coûter fort cher, mais par leur délicatesse même elles étaient peu pratiques dans les mains des paysans bretons qui, il faut le dire, y avaient peu de confiance, quoiqu'elles eussent été redoutables dans les mains d'hommes soigneux et exercés. »

page 82 :

« ... Le bataillon de mobilisés de Rennes était armé de Chassepots donnés par la guerre. Quant aux autres, Vannes, Lorient, Saint-Brieuc, etc., ils avaient des fusils Spencer.
Ce sont des armes excellentes , je dirai même qu'elles sont beaucoup trop bonnes.
Les hommes n'y avaient pourtant pas confiance, et cela pouvait jusqu'à certain point s'expliquer par plusieurs motifs.
Le fusil Spencer est assez court : il à l'aspect d'un mousqueton de cavalerie; de plus, il n'a pas de baïonnette.
Ce fut surtout la cause pour laquelle les hommes n'y avaient pas confiance, et je comprenais très bien ce sentiment.
Maintenant c'est une arme très juste, d'une portée longue, entre 8 à 900 mètres. Elle fait partie des armes dites à magasin, c'est-à-dire qu'il y a huit coups dans la crosse. Certes, si les hommes avaient pu se rendre compte de la valeur de l'arme qu'ils avaient entre les mains, ils l'auraient mieux appréciée et en auraient tiré un plus grand parti.
Seulement, il faut ajouter que le mécanisme en est assez délicat et d'un entretien difficile.
En résumé le défaut de cette arme c'est d'être trop bonne, trop délicate. Seulement dans les mains des paysans bretons, elle ne valait rien; elle a d'ailleurs des défauts pour combattre en ligne. Je fus même plus tard obligé d'y renoncer.
M. Dezanneau. — Ainsi l'armement était bon, suffisant ?
M. Gougeard. — L'armement était très bon et même,en ce qui concerne les fusils Spencer, trop bon ... »

boiteverte

coche verte 10-3 Sur le statut de l'armée de Bretagne - page 85 :

« Il faut rechercher encore la cause de cet insuccès dans cette idée de M. de Kératry de former de tous les mobilisés de Bretagne une armée spéciale.
...
Une cause déterminante est encore cette idée de vouloir devant l'ennemi innover des règles nouvelles. Ainsi, en refusant de se soumettre aux règles de la guerre sur l'intendance, sur l'artillerie, sur le génie etc., en voulant faire cette organisation avec ses pleins pouvoirs, on se privait nécessairement d'un concours indispensable et on devait échouer.
...
M. de Kératry s'est souvent plaint de ne pas avoir trouvé de concours dans l'administration de l'intendance. Je n'en sais rien ; mais je serais très-disposé à le croire. Quand on ne veut pas se soumettre aux règles d'une administration qui sont sa raison d'être, et qui n'en a pas d'autre, il n'est pas étonnant qu'on ne soit pas aidé par elle. Je trouve là une raison philosophique très-suffisante. »

boiteverte

coche verte 10-4 Sur la politisation des Bretons - pages 78 :

« Je dois constater que les hommes désignés par le décret de mobilisation, loin d'y faire aucune résistance, s'y sont prêtés avec une grande bonne volonté. ... Ils étaient animés des meilleurs sentiments, préoccupés de l'unique désir de défendre leur pays sans arrière-pensée politique d'aucune nature, et que c'est prêter au pays des sentiments qu'il n'avait pas, et faire à mon avis injure à la Bretagne de dire, avec M. de Kératry, que c'était une armée particulière recrutée dans un but spécial et que ses attaches politiques lui avaient permis de lever.

pages 86 - 87 :

« Il est également évident que ces Bretons étaient animée d'un excellent esprit. Ils ne se rendaient pas compte des dangers qu'ils allaient courir, ils n'avaient pas de connaissances militaires assez grandes pour savoir à quels devoirs sérieux ils s'étaient engagés, mais ils étaient animés de l'ardent désir de défendre leur pays, et pas d'autre chose.
Dire que cette armée avait des opinions politiques, dire qu'on l'avait fait lever, ainsi que le prétend M. de Kératry, sous cette influence, c'est, je ne crains pas d'employer le mot, c'est une calomnie. La Bretagne n'avait pas d'autre idée que de défendre son pays, pas d'autre.
Tous, nous avions cette pensée, rien que celle-là, et nous étions parfaitement décidés à remettre le règlement des autres questions, sur lesquelles nous pouvions avoir notre manière de voir (et quant à moi, j'en ai de très arrêtées), au moment où les Prussiens seraient chassés.
Mais alors, je le répète, la Bretagne n'avait d'opinion politique d'aucune sorte.
...
M. Perrot. — Maintenant, vous avez dit qu'on avait attribué aux hommes du camp de Conlie des opinions politiques. A qui se rapporte ce rôle? Est-ce au gouvernement.

M le général Gougeard. — Non, le gouvernement ne nous a jamais parlé de politique, il ne nous a parlé que défense nationale.

M. Perrot. — Il ne faut pas confondre votre division avec le camp de Conlie.

M le général Gougeard. — Je ne parle que de ma division. J'ai fait, pendant que j'étais à l'armée, le sacrifice de toutes mes opinions philosophiques pour ne chercher que le moyen de donner de la valeur à mes soldats. ... Je n'ai jamais cherché à avoir d'autre influence que celle qui m'était nécessaire pour les conduire à l'ennemi. J'ai entendu dire dans le monde, et j'insiste sur ce point, que le gouvernement avait fait de la politique ; il n'en est rien. »

boiteverte

boiteverte 11 - Déposition du général de Vauguion
barre de titre

Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 18 mai 1872 - Extraits.

coche verte 11-1 Sur la politisation des Bretons - pages 67 : :

« Autant que je puis m'en souvenir, M. Gambetta venait dans ce moment-là du camp de Conlie. M. de Kératry ignorait qu'il eût fait ce voyage ; M. Gambetta avait profité du moment où nous nous rendions au Mans avec nos 12,000 hommes pour aller faire une visite au camp de Conlie. Je crois qu'il ne fut pas très-satisfait de ce qu'il put voir des tendances politiques du camp de Conlie. Il s'attendait sans doute à y trouver quelque trace d'enthousiasme républicain ; il n'y en avait aucune. Nul ne songeait à la République, on ne songeait qu'à la guerre. Ce sont là mes appréciations personnelles, d'après ce que je voyais chaque jour, mais je crois qu'on ne pourrait pas sérieusement les contester. Je crois aussi que cette espèce d'antipathie ou de froideur que j'ai observée entre M. Gambetta et M. de Kératry pendant cet entretien du Mans, venait de là. Les premières paroles roulèrent sur la question du camp ; « II est admirable, dit Gambetta, mais cependant il manque encore telle et telle chose. »
»

boiteverte

coche verte 11-2 Sur les fusils à piston - pages 68 :

« Voilà le sens de cette discussion (entretien entre Kératry et Gambetta le 24 novembre 1870), dont je ne prétends pas ici redire tous les termes, d'autant plus que l'entretien dura environ deux heures. Il y eut toutefois, relativement aux armes, un mot qui me frappa et que j'ai retenu. Lorsque M. de Kératry se plaignit de n'avoir pas reçu d'armes à tir rapide, M. Gambetta lui coupa la parole et s'écria : « — De quoi vous plaignez-vous ? Tout ce que vous m'avez demandé, je vous l'ai donné ! D'ailleurs vos mobilisés peuvent bien se contenter de fusils à piston ; ils suffisent bien aux autres mobilisés ». Après les promesses formelles qui nous avaient été faites, cette parole me sembla grave. C'est à la Commission d'en juger. »

boiteverte

coche verte 11-3 Sur le mécontentement de Gambetta - pages 70 :

« Mais il était évident que M. Gambetta, pour une raison ou pour une autre, avait pris en grippe le camp de Conlie. Ainsi, pendant que j'étais à Bordeaux, j'ai entendu parler d'une dépêche adressée peu de temps auparavant par M. de Freycinet à M. Gambetta alors à Bourges, portant à peu près ceci : « II y a dans le camp de Conlie un côté politique qui ne me permet pas de prendre de décision, sans vous en référer. » Il y avait un parti-pris contre ce camp .
Pour moi, il n'y a pas de doute. Ce mécontentement contre l'armée de Bretagne, ce refus de lui donner des armes, cette espèce de sacrifice qu'on en a fait, non-seulement en ne lui donnant pas les moyens de faire quelque chose, mais encore en lui faisant jouer plus tard le rôle que vous savez, tout cela est en grande partie la suite des sentiments conçus à son égard par M. Gambetta, le jour où il vint visiter le camp de Conlie . C'est ma conviction. »

boiteverte

coche verte 11-4 Sur Freycinet et les armes - pages 71 :

« Restait la question des armes. A onze heures, M. de Freycinet, après s'être fait exposer toute la situation, me dit :
« Il faut télégraphier de nouveau au général Marivault, il faut qu'il prenne des cantonnements; mais je ne puis pas, moi, lui donner d'autres armes que ces springfields et je vois, d'après ce que vous me dites, qu'ils sont insuffisants. Eh bien!, voici ce qu'il y a à faire : allez trouver le général Thoumas, faites lui votre demande, il vous recevra d'abord fort mal, mais ne vous découragez pas, insistez jusqu'à ce qu'il vous donne des remingtons. »
»

boiteverte

coche verte 11-5 Sur les fusils Spencer - pages 74 :

« M. de La Borderie. — Parmi les armes qui se trouvaient au camp, au moment de l'évacuation, n'y avait-il pas des armes à tir rapide ?

M. de Vauguion, — Il y avait, je viens de le dire, des spencers , mais c'était des armes d'un usage impossible pour nous.
Ce sont de petits mousquetons de cavalerie sans bayonnette. Ces armes peuvent être très-bonnes dans un tir, et même pour un corps d'élite, mais comme armes de guerre pour l'infanterie, elles ne peuvent être d'un bon usage.
Aussi l'infanterie préférait-elle encore à ces spencers des fusils à percussion avec baïonnettes. Cela est si vrai, que le général Gougeard avait renvoyé, en arrière du Mans à titre de brigade de réserve, 4,000 mobilisés bretons de sa division, en partie parce qu'ils étaient armés de ces fusils. Cela prouve qu'on ne pouvait pas en tirer parti. »

boiteverte

coche verte 11-6 Sur le manque de cadres - pages 75 :

« M. Callet. — Quelles sont les causes qui ont empêché les mobilisés entassés au camp de Conlie d'acquérir une. instruction militaire suffisante ?

M. de Vauguion. — Cela tient, en partie du moins, à l'organisation elle-même des mobilisés.
Il est évident qu'avec ce recrutement d'hommes de 40 ans on ne pouvait guère obtenir de bons résultats.
Et toutefois, la première cause des médiocres résultats que nous avons atteints, c'est que nous n'avions ni armes, ni cadres.
Ainsi dans les mobiles vous avez eu de très-bons résultats, parce que vous aviez des sous-officiers instructeurs, des cadres jeunes.
Tandis que nos 50,000 mobilisés nous sont arrivés comme un troupeau de moutons, avec des officiers sortis de l'élection, dont un grand nombre incapables au point de vue militaire, qnelques-uns même animés d'un assez mauvais esprit.
Et pour les instruire les hommes manquaient.
Excepté quelques officiers sortant de l'armée, il n'y avait que très-peu de gradés sachant faire l'exercice, et qui ne pouvaient suffire à instruire les hommes.
De plus, le terrain, le temps, et avant tout le défaut d'armes, ne nous permettaient pas de donner à nos hommes l'instruction militaire nécessaire.
Nous avons fait tout ce que nous avons pu.
Je faisais chaque jour le rapport à 30 chefs de bataillon; parmi eux, il y en avait d'une très-grande intelligence, d'un très-grand zèle, qui malgré tous les obstacles ont fait de très-bons officiers ; mais la plupart ayant été, jusque-là, absolument étrangers aux choses militaires,vous comprenez qu'au milieu des difficultés de toutes sortes où nous étions, il était comme impossible d'arriver à un résultat satisfaisant.
...
De plus, je le répète, qui aurait instruit ces hommes ?
Je pourrais vous mettre sous les yeux leslettres que nous adressions aux généraux, aux préfets, pour avoir d'anciens militaires comme instructeurs; on nous répondait qu'ils devaient être versés dans l'armée active, et ceux que nous avions pu nous procurer, on nous les retirait encore pour les verser eux-mêmes, les uns dans l'armée active, les autres dans les mobiles. »

boiteverte

coche verte 11-7 Sur la boue du camp - pages 75 :

« M. Callet. — Vous aviez une boue abominable .

M. de Vauguion. — Oui, surtout en décembre, et c'était inévitable.
Un camp d'instruction pendant l'hiver est impossible, tout ce qui est militaire vous le dira.
Pour un camp de. manœuvres passe encore, lorsqu'il y a de fortes gelées ; mais un camp d'instruction, les pieds dans la boue pour l'exercice et pour le maniement d'armes, c'est impossible à moins de circonstances exceptionnelles de température.
Vous savez ce qu'a été l'hiver de 1870. Il était donc impossible, en s'obstinant, comme on l'a fait, à nous laisser là tout le mois de décembre, il nous était impossible de faire cette instruction. »

boiteverte

boiteverte 12 - Déposition de M. Bidard de la Noë
barre de titre

Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 3 août 1871 - Extraits.

coche verte 12-1 Sur la mortalité des Bretons à Rennes - page 31 :

« ...
M. de la Sicotière. — Pourriez vous nous dire très approximativement à quel chiffre la mortalité s'est élevée au camp de Conlie ?
M. Bidard. — Non, monsieur, je sais seulement que la mortalité fut énorme pendant plusieurs semaines dans nos hôpitaux militaires de Rennes.
Elle atteignait par jour le chiffre de 15 à 17, mais je n'ai aucun renseignement sur la mortalité au camp de Conlie et dans les autres ambulances. »

boiteverte

coche verte 12-2 Sur l'évacuation des mobilisés sur Rennes - page 30 :

« ...
M. Bidard. — II paraît qu'à la rentrée à Bordeaux de M. Glais-Bizoin, la Délégation résolut de faire rentrer dans leurs foyers la majeure partie des mobilisés du camp de Conlie.
Ce mouvement dut s'accomplir pendant les froids exceptionnellement rigoureux de l'hiver 1870-1871, et le désordre le plus absolu, l'omission constante de toutes les mesures usitées en pareille matière ajoutèrent singulièrement aux souffrances de nos mobilisés.
Ils arrivèrent à Rennes par convois de 2 ou 3 mille, au milieu de la nuit, et le plus souvent sans que la mairie en eût reçu avis.
Rien n'était préparé pour les recevoir, ils devaient passer la nuit, si froide, au milieu des neiges, sous leurs tentes, quand ils en avaient.
Sans le sympathique et inépuisable dévouement de notre excellente ville de Rennes, ces malheureux auraient souvent été réduits à passer la nuit sur la voie publique et sous la neige.
... Mais la charité et le dévouement ne pouvaient toujours pourvoir à toutes les misères de ce désordre sans nom, les cas de maladies étaient nombreux, et la dyssentrie et la variole les décimaient. »

boiteverte

boiteverte 13 - Dépositions complémentaires et lettres de témoignages
barre de titre

Armée de Bretagne - E. de Kératry - Lacroix - Paris -1873.

coche verte 13-1 Sur l'hostilité des préfets :
Lettre adressée à la commission d'enquête par R. de la Pervenchère, ex-colonel de la 5e legion des mobilisés de la Loire-Inférieure - page 163 - extraits :

« Je fus un des premiers Bretons à aller trouver M. de Kératry, à Laval, après sa périlleuse traversée en ballon.
Comme nous nous connaissions depuis longtemps, il voulut bien me communiquer ses idées sur un plan de campagne; il m'énuméra ses ressources en armes, en argent et me fit surtout part des promesses qu'il avait reçues du Gouvernement de la Défense nationale.
J'applaudis de tout cœur à ses idées et à ses projets, et je lui offris à l'instant mon concours pour en hâter la réalisation.
Son but était non-seulement de fonder avec l'esprit le plus impartial une vaillante armée capable de repousser les Prussiens, mais encore de défendre l'ordre s'il venait à être troublé.
Ayant été à Paris, plus à même que qui que ce fût d'observer les symptômes révolutionnaires, M. de Kératry ne me dissimula pas ses craintes sur les audaces de ceux qui devaient, moins d'une année plus tard, devenir les héros de la Commune.
« Mais avant de penser à ces coupables insensés, me dit-il, il faut chasser jusqu'au dernier Prussien, et c'est à nos chers compatriotes, qui vont accourir comme uu seul homme à l'appel de l'honneur, qu'est réservée cette gloire.
« J'ai pris pour devise : Dieu et Patrie ! Aucun autre mot ne sera inscrit sur le drapeau de l'armée de Bretagne.
« Je veux que chaque bataillon ait un aumônier, le sentiment religieux qui fait naître les plus nobles élans fera de nos frères d'armes les libérateurs de la France. »
Je quittai Laval, plein de confiance et d'enthousiasme pour l'œuvre si difficile, mais si noblement entreprise par mon jeune général, et, de retour à Nantes, j'engageai tous mes amis à s'enrôler comme moi dans l'armée de Bretagne.
Jusqu'au voyage du général de Kèratry à Nantes, le 1er novembre, tout marcha à souhait.
Le Gouvernement de la Défense nationale semblait vouloir prêter un loyal concours à l'organisation des mobilisés ; mais lorsque les clubistes de Nantes eurent essayé en vain de faire crier :
Vive la République ! à M. de Kératry, et lorsqu'ils eurent la conviction qu'ils lui arracheraient la vie plutôt qu'une faiblesse, les choses changèrent à l'instant de face.
L'armée de Bretagne, ainsi que ses principaux chefs, était devenue suspecte.

Pour mon compte, comme colonel d'une légion de mobilisés de la Loire-Inférieure, je trouvai dans mes chefs militaires, ... le plus loyal et le plus infatigable concours.
Je me plais à le proclamer avec reconnaissance pour ces Messieurs; mais il en fut tout autrement de l'administration préfectorale.
Elle refusa de laisser sévir contre des misérables qui avaient résolu de m'empêcher de former ma légion et qui, deux fois, avaient essayé de m'assassiner.
C'est en vain que, pendant deux mois, je multipliai tous les efforts et toutes les démarches possibles pour obteair l'équipement de mes hommes, si bien préparés, j'ose le dire, pour marcher à l'ennemi, on ne fit droit à ma requête que lorsque je passai sous les ordres du général comte de Nouë.
... »

boiteverte

Armée de Bretagne - E. de Kératry - Lacroix - Paris -1873.

coche verte 13-2 Sur le rôle du général de Loverdo :
Lettre adressée à la commission des Marchés par H. de Loverdo, ex-directeur du personnel du ministère de la guerre - page 143 - extraits :

« Médéa, le 8 avril 1872.
A. M. Le Duc d'Audiffret-Pasquier , Président de la Commission des Marchés.
Monsieur le Duc,.
Vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, pour me demander au nom de la commission des marchés, tous les renseignements et les documents que je possède, sur l'organisation du camp de Conlie et sur les marchés qui ont, été passés pour cet établissement.
...
Ce n'est pas que j'ai été chargé d'aucun détail de contrôle ou d'administration pour l'organisation ou pour la direction des bandes qui furent réunies au camp de Conlie, sous le nom d'armée de Bretagne.
M. Gambetta, ministre de la guerre avait bien nettement établi l'indépendance de cette armée et de son chef vis-à-vis de l'administration régulière du ministère de la guerre et même vis-à-vis du commandement.
Mon rôle à moi, directeur des trois premières directions du ministère de la délégation, avait été borné à fournir à M. de Kératry, deux escadrons de cavalerie légère qui le rejoindraient, dès que sou armée serait en état de marcher sur Paris, pour en faire lever le siège.
Il m'était prescrit on outre de conserver pour les organisations de corps de troupes régulières tout ce qui avait été créé ou tout ce qui était en voie de formation dans les départements de la Bretagne, mais de ne plus en commencer de nouvelles : et toutes les ressources de ces départements devaient rester à la disposition de M. de Kératry qui, avec la somme considérable qu'on lui avait confiée, promettait de mettre en quelques jours 80,000 hommes en marche contre l'ennemi.
Je n'avais aucune foi en ces promesses ; j'essayai de les réduire à leur valeur chez le ministre comme chez le délégué; ce fut peine perdue.
Mais le temps marqué s'était écoulé et au delà, et rien n'ayant été produit, si ce n'est une énorme dépense, M. de Kératry jugea à propos de donner sa démission de général en chef et il la publia dans une lettre où j'étais l'objet, avec d'autres personnes plus haut placées que moi, d'accusations incompréhensibles.
Je n'ai pas répondu à cette lettre et j'ai appuyé auprès du ministre et du délégué à la guerre, M. de Freycinet, pour que l'on n'y répondit pas d'ailleurs.

Mais comme, après la démission de M. de Kératry, le ministre de la guerre se trouvait naturellement appelé à recueillir son héritage, c'est-à-dire le matériel et le personnel, dont se composait l'armée de Bretagne, une commission fut formée sur ma demande et fut chargée de ce soin.
Cette Commission était composée de trois membres :
MM. Haca, général de brigade ;
Bézard, lieutenaut-colonel d'artillerie ;
Bruyères, sous-intendant militaire.
Elle reçut pour instructions d'inventorier tout le matériel d'artillerie, du génie ou de l'administration existant à l'armée de Bretagne; d'examiner la comptabilité intérieure des corps de cette armée; de vérifier les effectifs, de rendre compte de l'instruction des hommes et de la formation des cadres ; enfin de faire connaître quel parti l'on pourrait tirer de l'entreprise qui venait d'avorter avec tant d'éclat.
Elle se rendit à Conlie où elle ne put se mettre en rapport qu'avec M Carré-Kérisouët qui cumulait à l'armée de Bretagne les fonctions d'intendant en chef avec celles de quartier-maître général.
Elle aurait bien désiré entendre M, de Kératry, mais celui-ci s'était hâté, aussitôt sa démission envoyée, d'abandonner les fonctions de général en chef et d'ordonnateur en chef.
En son absence fort regrettable, la Commission en présence de M. Carré-Kerisouet, se livra à une enquête scrupuleuse pour remplir sa mission.
La Commission présidée par le général Haca, constata dans le rapport qu'elle me remit à la fin de ses opérations ;
qu'elle n'avait point trouvé de corps réellement organisés, ni surtout armés, équipés et habilles convenablement, comme l'on s'y attendait après la dépense des 8 millions, mis par M. Gambetta à la discrétion de M. de Kératry;
que de plus elle n'avait pu saisir la trace d'aucune opération administrative ayant trait à l'organisation ou à l'entretien des troupes ;
qu'aucun marché n'avait été passé pour achats de denrées, de chevaux ou de matériel, ou du moins qu'aucun ne lui avait été présenté;
qu'elle n'avait trouvé aucun registre ni pour la distribution ni ponr la comptabilité en deniers des corps de troupes ;
en un mot la Commission rapporta que les règles posées comme principes par tous les règlements ou ordonnances de l'administration française n'avaient pas été observées pour les dépenses de l'armée de Bretagne .
Je remis moi-même ce rapport à M. de Freycinet, délégué à la guerre, en lui exprimant mon opinion formulée dans une note jointe au dossier et réclamant pour que justice fût rendue par les tribunaux compétents.
Qu'est devenu le dossier ? Ou on l'a mutilé ou on vous a dit qu'il était égaré, autrement vous n'auriez pas eu besoin d'un autre renseignement.
Celui-là suffisait pour édifier pleinement la Commission que vous présidez comme vous-même.
...
Veuillez agréer, Monsieur le Duc, l'assurance de ma haute considération.
Le général commandant la subdivision militaire, Signé : H. de Loverdo. »

boiteverte

boiteverte A - Aimé Jaÿ
barre de titre

L'armée de Bretagne - Aimé Jaÿ, (Plon, Paris 1873).

coche verte A-1 Sur le statut de l'armée de Bretagne - page 14 :

« Comme les circonstances étaient graves, qu'il fallait tout faire, et tout faire de suite, M. de Kératry réclamait des pleins pouvoirs et un crédit spécial. Il y avait à cela deux raisons.
D'abord, le ministre de la guerre était suffisamment occupé par la reconstitution de l'armée régulière et de la garde mobile, désorganisées après Sedan ; et il importait de diminuer autant que possible ce travail gigantesque, en constituant, pour chacun des groupes de forces dont il s'agissait, une administration indépendante, placée seulement sous le haut contrôle du ministre.
En second lieu, il faut bien reconnaître que notre centralisation, à tort ou à raison si vantée, est peut-être un élément d'ordre et de régularité, mais à coup sur un obstacle à l'activité sans limite que réclament certaines situations.
Or, en ce moment où chaque minute pouvait devenir suprême, l'activité était de toutes choses la plus nécessaire, et il importait de prendre dès l'origine des mesures pour qu'elle ne fût pas entravée.
Ainsi, des pleins pouvoirs et de l'argent étaient indispensables à M. de Kératry pour mener à bien son entreprise.
Il les réclamait dès le début avec la conscience d'un esprit sûr de lui-même.
...
Devant cette demande nette et précise, M. Gambetta hésita quelque peu; mais ne tardant pas à apprécier à la fois la nécessité de ces dispositions et les avantages que leur exécution pouvait assurer à la patrie, il signa le décret du 22 octobre, dont nous avons l'original sous les yeux. »

boiteverte

coche verte A-2 Sur les préventions politiques contre Kératry - page 83 :

« Il importait, d'un autre côté, que toutes les forces vives de la Bretagne fussent utilisées pour la constitution de l'armée, et que les éléments les plus précieux n'allassent point, séduits par des avantages d'argent ou de bien-être, s'égarer ailleurs. Les difficultés principales qu'éprouva le Général furent avec la légion bretonne, commandée par M. de Cathelineau, et la légion vendéenne, à la tête de laquelle se distinguait M. de Charette. Il importe d'exposer avec quelque détail la correspondance relative à cette affaire, parce que, tandis que certains accusaient le Général de tiédeur dans ses sentiments républicains et de penchants royalistes et cléricaux, d'autres, au contraire, dénaturant sa conduite vis-à-vis des chefs de corps dont il s'agit, n'hésitaient pas à l'accuser de saper tous les principes de la société et de la morale, en s'opposant au recrutement de corps que l'on prétendait, à tort ou à raison, entourés de la faveur spéciale du clergé. »

boiteverte

coche verte A-3 Sur le projet de Kératry - page 7 :

« ... Les premiers mots qu'il (Kératry) échangea avec le jeune et brillant ministre (Gambetta)qui, avec le double portefeuille de l'intérieur et de la guerre, portail presque seul le fardeau des affaires publiques et de la défense nationale en province, lui rappelèrent les conversations qu'ils avaient eues plus d'une fois ensemble avant leur départ de Paris.
Dés cette époque, M. de Kératry avait exposé à son ancien collègue ses idées sur la défense ; il pensait alors que, pour résister efficacement à l'invasion prussienne, il fallait, avec Paris pour centre, constituer autour des envahisseurs eux-mêmes un immense cercle d'investissement.
Pour cela, il était nécessaire de grouper, en tenant compte de la situation géographique, des intérêts communs et des affinités historiques, les départements non envahis; extraire de ces groupes toutes les forces vives disponibles; et, une fois ces forces équipées, armées, organisées et disciplinées, les jeter simultanément sur Paris, pendant que les populations de l'Est, soulevées, couperaient toute retraite à l'ennemi.
C'était essayer en 1870 ce que Napoléon avait vainement tenté en 1814, avec cetfe différence qu'il opérait à l'aide d'une armée ayant pour point d'appui une ville ouverte, tandis qu'aujourd'hui la France avait pour objectif une capitale fortifiée et garnie de quatre cent mille défenseurs.
M. Gambetta avait partagé ces idées, et les remit en lumière, dans sa conversation avec M. de Kératry. Elles avaient reçu un commencement d'exécution par la nomination de deux anciens députés, M, Estancelin au commandement supèrieur des gardes nationales de Normandie, et M. Carré-Kerisouët à un poste d'organisateur des gardes nationales bretonnes.
M. Gambetta pressa même M. de Kératry de renoncer à sa mission en Espagne, pour se consacrer immédiatement à la mise en pratique de ce plan de défense. »

boiteverte

boiteverte B - Docteur Robert Gestin
barre de titre

Souvenirs de l'armée de Bretagne - Robert Gestin, (Leborgne, Brest 1908).

coche verte B-1 Sur les préventions politiques contre Kératry - page 14 :

« ... Kératry se mit à parcourir la Bretagne, activant la mobilisation, stimulant le zèle des préfets, visitant les arsenaux, excitant le patriotisme et créant un courant de sympathie et de dévouement pour son œuvre.
Partout il affirma qu’il n’obéissait qu’à un seul sentiment, l’amour de la Patrie, et qu’il ne tendait qu’à un seul but, la défense du pays et la protection de la Bretagne, et cela, sans aucune arrière-pensée politique.
Le 29 octobre, à Brest, après avoir passé la revue des mobilisés, il excita l’enthousiasme par une allocution patriotique.
On cria : Vive la France ! Vive Kératry !
Mais on cria aussi : Vive la République ! Reprenant la parole, le général, après un roulement de tambours, dit :
« Soldats ! je vous rappelle qu’aux termes des règlements militaires, toute manifestation par cris ou gestes sous les armes, est formellement interdite !»
« Le mécontentement du général, dit Robert, parut évident et le cri de Vive la République jeta un froid dans son âme.
La foule avait mêlé ses cris à ceux des mobilisés et quand le défilé passa devant la sous-préfecture, elle répéta : Vive la République et Vive Kératry, son dada du moment » (1).
(1). Robert. — Le premier bataillon des mobilisés de Brest ; manuscrit, page 72.
Le surlendemain, à Nantes, Kératry accentua sa neutralité politique à une revue de la garde nationale et dans des réunions où les républicains étaient en grande majorité.
Quelques jours après, on disait à Brest que, mis en demeure de se prononcer pour ou contre la République, il s’y était refusé.
L’année précédente nous l’avions nommé député contre Conseil (Amédée Conseil, 1802-1881), député officiel de l’Empire, et il avait siégé dans les rangs de l’opposition.
Quoiqu’il eut voté la guerre, trompé, comme il l’a déclaré, par le maréchal Le Bœuf, nous le regardions, sinon comme un républicain, au moins comme prêt à embrasser l’opinion républicaine ; de sorte que cette réserve parut suspecte à ses électeurs, presque tous républicains.
Elle était pourtant justifiée, au moins dans une certaine mesure.
Uniquement préoccupé de réunir le plus possible d’adhésions à ses efforts patriotiques, Kératry avait dit à Nantes :
« Je ne suis pas venu ici pour faire de la politique, mais pour adresser un appel patriotique à tous les gens de cœur, afin de préserver l’intégrité du territoire et de sauver l’honneur du pays.
N’énervons pas la défense nationale par des discussions et des conflits d’opinions ; abdiquons tout esprit de parti pour être tout entiers à une seule tâche, la résistance à l’invasion ».
Ce langage, sans avoir rien d’inquiétant pour les républicains, inspira confiance aux monarchistes, dont beaucoup tinrent à l’honneur de servir dans l’Armée de Bretagne, et, de toutes parts, affluèrent les demandes d’engagement et les dons en argent et en nature.
Malheureusement la défiance inspirée aux républicains bretons par l’attitude de Kératry semble s’être communiquée à Gambetta, âme de la Défense Nationale en province et, non sans raison, on a cru voir dans cette défiance, bientôt étendue à tous les mobilisés bretons, la cause du mauvais et de l’insuffisant armement des troupes réunies à Conlie et celle de la mise en sous-ordre du général en chef. »

boiteverte

coche verte B-2 Sur les préventions politiques contre les Bretons - page 128 :

« Malheureusement, d’injustes préventions politiques, le désordre, le mauvais vouloir, ont annihilé le généreux empressement de la Bretagne, dont les cinq départements pouvaient offrir à l’armée 40 à 50.000 bons soldats, lesquels devant le Mans auraient changé la face des événements.
D’abord, à peine le décret de formation de l’Armée de Bretagne était-il promulgué, à peine avait-il reçu un commencement d’exécution, que de mauvais conseillers inspiraient à Gambetta une défiance injuste à l’égard des Bretons, qu’on lui représenta, je l’ai déjà dit, comme devant former une armée royaliste et séparatiste.
Dans une dépêche à Kératry, il disait : « Oubliez que vous êtes Bretons et souvenez-vous que vous êtes Français. » Bretons, les mobilisés l’étaient certes, mais bons Français aussi.
Les gens de cette époque n’ont pas oublié l’enthousiasme excité par Kératry appelant ses concitoyens à la défense de la Patrie.
L’élan fut unanime et d’autant plus remarquable qu’il se montrait chez des hommes mûrs, dont les uns votèrent de larges sacrifices d’argent et les autres quittèrent leurs intérêts, leurs champs, leurs familles pour offrir leur vie à la Patrie.
Non, ce n’étaient pas des ennemis de la France ni de la République ces hommes qui abandonnaient tout et marchaient en chantant :
Araok ! araok ! bugale Breiz, tend ha galoum, araok ! (En avant, en avant ! enfants de la Bretagne, gens de cœur, en avant !) et qui, plus d’une fois dans la neige, le ventre creux ont crié : Vive la France ! à l’annonce d’une nouvelle bonne ou mauvaise.
Non ! je l’affirme, nous n’étions pas une armée royaliste, pas plus royaliste que séparatiste. Nous étions simplement de bons Français décidés à faire notre possible pour arrêter l’invasion étrangère. »

boiteverte

coche verte B-3 Sur la boue du camp - page 21 :

« Les vieux Bretons n’ont pas oublié le camp de Conlie.
On en a beaucoup parlé, pendant et après la guerre, et les critiques qui en ont été faites ont été souvent exagérées.
Les vivres n’y ont jamais manqué et ont toujours été de bonne qualité, la paille pour le couchage était régulièrement distribuée et l’état sanitaire est resté satisfaisant.
Ce qui rendait le séjour du camp pénible, c’est le mauvais temps presque constant et ses inévitables conséquences.
Etabli sur des terres de labour à sous-sol argileux, le camp devait fatalement, par des temps presque toujours pluvieux, devenir un cloaque de boue sous les pieds des milliers d’hommes qui l’habitaient.
Dans les bas-fonds c’étaient de véritables lacs au milieu desquels s’élevaient, comme des îles, les baraques d’ambulance et les magasins.
Dans ces conditions tous les services étaient difficiles.
... Après le départ de la division de marche, cet état déplorable ne fit, paraît-il, qu’empirer et devenir encore plus intolérable par les alternatives de gel et de dégel et par l’augmentation de la population du camp. »

boiteverte boiteverte

boiteverte 14 - Déposition du général de Marivault
barre de titre

Rapports, tome XI, Enquête parlementaire. n°1416J 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873) - Séance du 3 août 1871 - Extraits.

coche verte 14-1 Sur les bataillons de Lalande - page 52 :

« ...
Des bruits, qui vont aussi vite que le télégraphe, attribuaient aux bataillons d'Ille-et-Vilaine l'échec que venait d'éprouver l'armée de la Loire.
Leur retraite devait les ramener du côté de Conlie, et leur dénuement devenait l'objectif principal de mes soins dans la marche qu'ils allaient faire avec une armée dans laquelle ils n'étaient pas engrenés.
Je demandai donc sur-le-champ une locomotive pour Conlie et j'y arrivai dans la nuit.
Il n'y avait plus que l'intendance et l'état-major, attendant des moyens d'évacuation; deux bataillons, placés dans la redoute par le général Chanzy, n'étaient plus de mon commandement; mais j'étais sûr de faire une chose utile en recommandant à l'intendance de distribuer sans contrôle aux fuyards qui allaient passer les vivres restés près de la voie.
Un bataillon non armé était depuis le matin en route vers Evron, où se dirigeaient aussi, me disait-on, ceux du général de Lalande.
Je ne les trouvai point dans cette localité où je passai le reste de la nuit, et ce fut à Laval que je reçus, le lendemain, du général Lalande, les télégrammes suivants :

« Evron, 14 janvier 1871.
Général Lalande à général de Marivault, Laval.
Je suis à Evron avec ma brigade presque entière ralliée dans cette localité, en empêchant de passer les isolés.
Malgré réquisitions du maire, beaucoup d'hommes n'ont pas de vivres.
J'en ai demandé au général Chanzy ce matin, je lui écris de nouveau et lui demande où nous devons aller.
Pouvez-vous me répondre à Evron et m'envoyer 6,000 rations par un train de nuit?
Signé : DE LALANDE. »

« D'Evron à Laval.
Général de Lalande à général de Marivault.
Le général Chanzy me donne l'ordre de rester a Evron.
Nous ne pouvons rien faire si on ne change notre armement; si les chassepots qui étaient au Mans en sont sortis, on pourrait nous les donner.
Signé : DE LALANDE »

C'était afin de pourvoir à ces éventualités, et pour rallier les hommes ou les troupes isolées du commandement, que je m'étais porté à Laval, près du télégraphe; j'y avais formé deux trains spéciaux de vivres avant que toutes les ressources de la voie fussent réclamées par d'autres soins, et pendant que j'en envoyais un Mayenne (...) j'amenais moi même l'autre à Evron, accompagné du général Kérisouët, qui était accouru vers moi dès l'annonce de la retraite.
Le spectacle qu'offrait Evron était navrant; plus de vingt mille hommes de toute arme, débandés, affamés, sans armes pour la plupart encombraient les rues pleines de neige de cette petite ville, des chevaux s'y traînaient, mené en bride pour la plupart par leurs cavaliers qui les soutenaient à grand'peine sur le verglas; très-peu d'officiers se trouvaient parmi ces débandés, ainsi qu'il était naturel, et cela augmentait le désordre.
J'eus la grande joie de trouver les six bataillons de Lalande formés en rangs, sur diverses voies, avec toutes leurs armes, bien qu'elles fussent pour la plupart hors de service et qu'ils fassent surtout dépourvus de munitions.
Leurs officiers maintenaient parmi eux, au milieu des souffrances de la déroute, une attitude et une apparence d'ordre qui certainement, quels qu'aîent pu être les faits qui se sont passés à la Tuilerie, eussent fait regretter au général Chanzy les paroles blessantes auxquelles, dans l'amertume de la défaite, il s'était laissé entraîner envers eux.
Depuis trois jours ils n'avaient eu de vivres que ce qu'ils avaient pu ramasser en passant à Conlie; ils en reçurent à la hâte ce qu'ils pouvaient porter, laissant ainsi disponibles pour le reste de l'armée toutes les ressources d'Evron, et, remontés par cette distribution, rassasiés à la hâte, ils furent acheminés par trois routes différentes sur Mayenne et Laval, avant que l'encombrement des bagages et de l'artillerie eût rendu les chemins impraticables. (...)
Ce fut à Rennes, quelques jours après, que je passai la revue de ces malheureuses troupes dignes d'un meilleur sort.
J'aurais voulu y faire passer une revue des armes par la direction, mais, là comme partout, le personnel spécial manquait:
la facilité qu'apportait le Ministère à se contenter d'apparences qui pussent servir de base à ses propres assertions, avait eu pour résultat, dans beaucoup d'occasions, ce manque de contrôles les plus indispensables.
D'ailleurs, à partir de ce moment, la confusion des ordres relatifs aux mouvements des troupes, aux commandements,aux questions de personnes, augmenta en proportion des difficultés accumulées par les événements.

Il résultait de là pour les troupes un mouvement perpétuel fatigant, incompatible avec aucune espèce de progrès, des conflits, des faux mouvements qui produisaient un mécontentement général, ce qui, joint au ton de triomphe avec lequel les journaux du Midi,regardés comme officieux, parlaient de la défaite «de ces Bretons qui ont des chapelets,» rendait générale cette prévention, que la Bretagne était l'objet de négligences volontaires et que ces «fausses promesses d'armes» étaient réservées pour elle seule, tandis que les armes étaient distribuées dans le Midi.

A cette occasion je ferai remarquer que je ne parle point du rôle de la brigade de Lalande à la bataille du Mans, parce que les moyens d'investigation et le temps m'ayant manqué pour faire à ce sujet une enquête sérieuse, j'engage la Commission à faire appeler le général de Lalande et le colonel d'Elteil, qui pourront la fixer sur ce point auquel l'opinion publique du département d'Ille-et-Vilaine en particulier attache un très-grand prix.
... »

boiteverte

boiteverte Bibliographie
barre de titre

Liste non exhaustive.

coche verte Deuxième armée de la Loire, division de l'armée de Bretagne - Auguste Gougeard (Dentu, Paris, 1871). animation
coche verte Campagne 1870-1871 - A. Chevallier (Manuscrit de 1871 édité par Clotilde Duvauferrier-Chapelle - C.D. Editions 1995). animation
coche verte La bataille du Mans, les mobilisés de Bretagne - Charles Mengin. (Etiembre et Pledran, Nantes 1872). animation
coche verte L'armée de Bretagne - Aimé Jaÿ, (Plon, Paris 1873). animation
coche verte Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale n°1416J 1872 - Le camp de Conlie et l'armée de Bretagne - Arthur de la Borderie,(Cerf et fils, Versailles 1873). animation
coche verte Armée de Bretagne 1870-1871, dépositions, rapport de la Commission d'enquête - Emile de Kératry, (A. Lacroix, éditeur, Paris 1873). animation
coche verte Le camp de Conlie et l'armée de Bretagne - Rapport fait à l'assemblée nationale - Arthur de la Borderie,(Plon, Paris 1874). animation
coche verte L'Armée de Bretagne par un volontaire - Louis Foucqueron, (Le Chevalier, Paris 1874). animation
coche verte Le Premier Bataillon de mobilisés d'Ille et Vilaine à la 2e armée de la Loire par l'état major du bataillon - (Leroy, Rennes 1874). animation
coche verte Armée de Bretagne, Les mobilisés de la Loire-Inférieure - Henri Monnié, (Bourgeois, Nantes 1876). animation
coche verte Les mobilisés d'Ille-et-Vilaine - F. Guilbaud, (Lachèse, Angers 1881). animation
coche verte Rudes étapes (1870-1871) armée de Bretagne - Ulysse Chabrol, (Victor-Havard, Paris 1893). animation
coche verte Souvenirs d'un mobilisé nantais - G. M. Suzor, (Imprimerie moderne Joubin & Beuchet frères, Nantes 1905). animation
coche verte Souvenirs de l'armée de Bretagne (1870-1871) - Docteur Robert Gestin, (Le Borgne, éditeur, Brest 1908). animation
coche verte Le camp de Conlie 25 octobre 70 au 14 janvier 71 (d'après le journal du Dr Répin) - André Pioger. Articles de La Province du Maine Tome 67 page 140 1965.
coche verte Les prussiens à Conlie 14 janvier au 16 mars 71 (d'après le journal du Dr Répin) - André Pioger. Articles de La Province du Maine Tome 67 1965.

Ces ouvrages spécifiquement consacrés à l’armée de Bretagne, sont complétés par d’autres ouvrages (d’opinions diverses).
Ces titres, écrits par les protagonistes de l'époque, sont essentiels à la bonne compréhension du contexte historique :

coche verte La guerre en province - Charles de Freycinet, (Lévy, Paris, 1871)
coche verte La Deuxième armée de la Loire - général Chanzy, (Plon, Paris, 1871)
coche verte Dictature de cinq mois, Mémoires - Alexandre Glais-Bizoin, (Dentu, Paris, 1873)
coche verte Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur les actes du Gouvernement de la Défense nationale n°1416 1872 - (Cerf et fils, Versailles, 1873)
coche verte Rapport fait au nom de la commission des marchés sur les opérations de la Commission d'armement rédigé par M. le comte Rampon. n°1490 1873 - (Cerf et fils, Versailles, 1873)
coche verte Souvenirs de la guerre de 1870, Paris Tours Bordeaux - général Thoumas (Librairie illustrée, Paris, 1892)
coche verte Petits mémoires - Emile de Kératry, (Paul Ollendorff Editeur, Paris 1898). animation
coche verte Episodes de la bataille du Mans - Une attaque de nuit au chemin-aux-boeufs - lieutenant de Garnier, traduction de Alexandre Bezard pages 332 à 337 - Revue d’histoire et d’archéologie du Maine tome 63 1908
coche verte Episodes de la bataille du Mans Prise de la Tuilerie, la lutte dans les rues, l’occupation de la ville - feldwebel Boschen, traduction de Alexandre Bezard page 274 à 286 - Revue d’histoire et d’archéologie du Maine tome 65 1909

Enfin un ouvrage remarquable écrit par un jeune officier porte un éclairage sur les combats du 11 janvier 1871.
coche verte La bataille du Mans - lieutenant Valère Alwrod (Grassin, Angers, 1912). animation

boiteverte

boiteverte Monuments
barre de titre

point rouge En 1873 est édifiée la « croix des bretons » dans le cimetière de Conlie grâce à une souscription levée en Bretagne.

A consulter : La croix des Bretons à Conlie Conlie mp_pho_6374_conlie_72


point rouge Un monument en souvenir du camp et de l'armée de Bretagne est inauguré le 11 mai 1913 sur la colline de la Jaunelière à Conlie.

A consulter : Le monument sur la colline de la Jaunelière Conlie mp_pho_6378_conlie_72


point rouge Une plaque commémorative y est apposée le 14 février 1971 à l'occasion du centenaire des événements.

Conlie mp_pho_6373_conlie_72
mp_actu_9951_conlie_2021_72

point rouge En septembre 2021 la plaque du Souvenir Français a été rénovée au pied de la croix des Bretons. La commune de Conlie a rendu un hommage aux Bretons lors d'une cérémonie commémorative.

Conlie mp_actu_9950_conlie_2021_72 Conlie mp_actu_9951_conlie_2021_72 Conlie mp_actu_9949_conlie_2021_72

point rouge Dans la nécropole nationale de Sainte-Anne-d’Auray, un ossuaire est dédié aux soldats bretons de l’armée de la Loire.

A consulter : Le monument Sainte-Anne-d’Auray Auray mp_pho_7354_st_anne_auray_56


boiteverte

boiteverte Filmographie
barre de titre

Cinéma mp_affi_2007_kerfank

A consulter :
- La documentation de presse sur le film de Pierre-François Lebrun, Kerfank La colline oubliée .
- La présentation du film sur le site Kultur Bretagne .