de la seconde armée de la Loire

       

Sarthe - Orne - Mayenne

 13 janvier 1871 au 27 janvier 1871

"...Il est à peu près impossible au milieu de documents absolument contradictoires, de fixer d'une façon sûre le chiffre des pertes dans toutes ces affaires. A en croire l'état-major allemand, c'est par centaines que se comptent les prisonniers dans chacune d'elles; d'autre part, les chiffres donnés par le général Chanzy, en ce qui concerne l'ennemi, sont certainement supérieurs à la réalité, tandis que ceux qu'accusent les états de perte de source prussienne semblent réellement bien faibles. Enfin les historiques de régiments ne sont nullement d'accord. Force est donc de s'en tenir à des évaluations très approximatives..." Lt.Col. Rousset

Situation des troupes le 13 janvier

14 janvier : Beaumont  -  Chassillé

15 janvier :  Sillé-le-Guillaume

15 janvier : Saint-Jean-sur-Erve

15 janvier : Alençon

18 janvier : Saint-Melaine

Positions sur Laval

Documents sur la réorganisation en Mayenne :

Récits :
- Chanzy : "La deuxième armée de la Loire", pages 373 à 429
- Rousset : "Histoire générale de la guerre franco-allemande", tome 4, pages 395 à 411
- Lehautcourt : "Campagne de la Loire, Josnes, Vendôme, Le Mans", pages 297 à 329

 


 

Journée du 13 janvier 1871 :

Situation des troupes :

Le général Chanzy organise le repli en Mayenne:
Le 17e corps stationnant au camp de Conlie, prend la route de Sainte-Suzanne.
Le 16e corps se dirige de Chauffour sur Laval.
Le 21e corps se rend de Beaumont-sur-Sarthe à Sillé-le-Guillaume.

Positions le 13 janvier au soir:
Le 17e corps est établi entre Saint-Symphorien et Rouez.
Le 16e corps occupe Joué-en-Charnie.
Le 21e corps est arrivé à Sillé-le-Guillaume.
La division Barry, arrière-garde du 16e corps, est restée à Chassillé.

Frédéric-Charles garde le contact avec l'armée de la Loire:
Le XIIIe corps est sur Ballon.
Le détachement du Xe corps (Général de Schmidt) est à Chauffour.

L'armée française qui marchait d'abord vers Alençon, se dirige vers la Mayenne et Laval.
Dans cette direction, l'ennemi ne poursuit qu'au moyen de détachements mixtes :
général-major von Schmidt, sur la route de Laval à l'ouest et colonel von Lehmann sur la route de Mayenne au nord-ouest.

Combat de Chauffour (ouest du Mans, route de Laval), au cours de la retraite, entre le 16e corps et le détachement mixte, 6e division de cavalerie et fractions d'infanterie du IIIe corps, aux ordres du général major von Schmidt.

Combat de Ballon (au nord du Mans, route de Ma mers), entre le 21e corps, général Jaurès, et les têtes de colonne du XIIIe corps, en marche sur Alençon.

Journée du 14 janvier 1871 :  

Combats de Beaumont et de Chassillé

Un détachement de mobilisés de la Mayenne tente désespérément de défendre le pont de Beaumont-sur-Sarthe.
La 22e division prussienne envahit la ville et le XIIIe corps vient s'y établir.

Le même jour, la division Barry occupant Chassillé était attaquée par le détachement du général de Schmidt.

Engagement pour la prise du village de Chassillé :

Troupes françaises

Troupes prussiennes

Général Barry

Général de Schmidt

2e division d'infanterie (16e corps)

4 bataillons, 11 escadrons et 10 pièces

Bilan: Repli sur Joué-en-Charnie puis sur Saint-Jean-sur-Erve

Bilan: Occupation de Chassillé

Pertes: 400 prisonniers

Pertes: ?

Combat de la Croix-Verte

Journée du 15 janvier 1871 :  

Combat de Sillé-le-Guillaume

Approche du détachement du Xe corps prussien sur la route de Conlie.

Engagements au sud-est et sur Crissé :

Troupes françaises

Troupes prussiennes

Général de Villeneuve

Colonel de Lehmann

3eme division à l'est de Sillé en travers de la route de Conlie

2 bataillons, 10 escadrons et 1 batterie
15e brigade de cavalerie

Bilan: Contrôle du sud-est de Sillé entre Crissé et Rouez

Bilan: Retraite sur Conlie

Pertes: ?

Pertes: 8 officiers et 90 hommes tués
30 soldats faits prisonniers


Sillé-le-Guillaume


15 janvier : Le 17e corps, inquiet de la marche du général de Schmidt sur son flan droit, gagne Sainte-Suzanne. Le 16e corps arrive à Saint-Jean-sur-Erve.
Le Xe corps prussien se dirige vers Laval pour appuyer le détachement de Schmidt.

Journée du 15 janvier 1871 : 

Combat de Saint-Jean-sur-Erve

Vers 11h du matin, la colonne de Schmidt, précédée de 2 escadrons de uhlans et d'une batterie, se présente par la route de Joué-en-Charnie.

Engagement frontal d'une extrème violence :

Troupes françaises

Troupes prussiennes

Général Jauréguiberry, 16e corps

Général de Schmidt

1ere division (général Deplanque) au nord-est
2e division (général Barry) au sud-est

Devant Saint-Jean:1 bataillon et 8 pièces protégées par des pelotons de cavalerie.
Au nord: 1 bataillon, 2 escadrons et 2 pièces vers Sainte-Suzanne

Bilan: Contrôle de Saint-Jean

Bilan: Occupation de Sainte-Suzanne

Pertes:"numériquement insignifiantes" (Chanzy)

Pertes: 36 hommes et 1 officier (Rousset)

   


Saint-Jean-sur-Erve

Références bibliographiques :

          


Le 16e corps se met en retraite sur Laval aussitôt après le combat de Saint-Jean-sur-Erve

Journée du 15 janvier 1871 : 

Combat d'Alençon

Le grand-duc de Mecklembourg prescrit à son corps d'armée de se porter sur Alençon par la route du Mans.

Engagement sur Arçonnay :

Troupes françaises

Troupes prussiennes

Colonel Lipowski

Général de Wittich

2000 francs-tireurs, 8 pièces de montagne, 1 escadron du 8e chasseurs

Corps d'armée du grand-duc de Mecklembourg
22e division sur Arçonnay
12e brigade de la 4e division de cavalerie venant de la route de Mamers

Bilan: Les prussiens sont refoulés des abords d'Alençon

Bilan: Repli sur Bethon au sud du Mans
Occupation de Saint-Paterne

Pertes: 160 hommes dont 40 artilleurs (Rousset)

Pertes: 1 officier tué et 25 hommes (Relation allemande)
8 à 900 hommes hors de combat (Lipowski)

 

Références bibliographiques :



Le colonel Lipowski parcourt les lignes au combat d'Alençon.
Gravure de L. Bombled

 

 

 

"... Le colonel Lipowski dont les troupes n'ont plus de munitions d'artillerie, décide d'évacuer Alençon et de se retirer sur Saint-Denis par Pré-en-Pail. Quand le lendemain, les allemands reprirent leur marche, ils trouvèrent vides les trois points de Sillé, de Saint-Jean-sur-Erve et d'Alençon, devant lesquels, la veille, leurs efforts s'étaient brisés. Ils les occupèrent ainsi que Conlie. (...) Réduit à deux corps et demi, Frédéric-Charles crut prudent de s'arréter sur place et d'y attendre les événements..." Lt. Col. Rousset

Journée du 16 janvier 1871 :

 Positions sur Laval

Arrivé le 16 au soir à Laval, le général Chanzy organise ses troupes pour la défense de la ville.

Tous les ponts de Laval à Château-Gontier sont détruits; ceux en aval jusqu'à Mayenne sont minés.


Laval

Situation des troupes allemandes :

Le grand-duc de Mecklembourg établit son quartier-général à Alençon le 17 janvier.

La 4e division de cavalerie prussienne prend la direction de Domfront et de Mayenne.
La 5e division de cavalerie prussienne (général Rheinbaben) se dirige sur la Normandie.
Quelques jours plus tard le grand-duc de Mecklembourg quitte Alençon en y laissant une brigade de la 17e division d'infanterie..
Le XIIIe corps marche sur Rouen pour renforcer la 1e armée (général Goeben).

Journée du 17 janvier 1871 :

Le 17 janvier, les 1ere et 3e divisions des généraux Deplanque et de Curten (16e corps) se portent en avant de Laval sur la rive gauche.

 

Journée du 18 janvier 1871 :

Combat de Saint-Melaine

18 janvier 1871. A 11h30, un détachement prussien en reconnaissance arrive de la route du Mans aux portes de Laval au lieu dit "la ferme du pressoir".

Engagements sur les routes du Mans et de Montsurs :

Troupes françaises

Troupes prussiennes

Colonel Thierry, Général de Curten

General-major Von Schmidt

88e régiment de mobiles
(? mitrailleuses, 1 batterie de 4) entre la voie ferrée et la route du Mans

Une colonne d'infanterie, de cavalerie et d'artillerie

Bilan: Le détachement prussien est refoulé

Bilan: Abandon de Bonchamps et retraite sur la route du Mans

Pertes:
2 officiers, 29 hommes hors de combat(Rousset)
1 officer tué, 1 blessé et 27 hommes hors de combat (Chanzy)

Pertes:
5 tués (dont 1 officier supérieur) et 5 blessés (Rousset)
Une centaine d'hommes dont un officier supérieur (Chanzy)


Saint-Melaine


La deuxième Armée de la Loire (Gén. Chanzy - 1871) page 379 :
"... Le 18, vers neuf heures du matin, quelques uhlans étaient signalés en avant de Laval, sur les routes du Mans et de Montsurs; ils furent repoussés par les compagnies de grand'garde du 88e mobiles. Mais à onze heure et demie, une colonne composée d'infanterie, de cavalerie et d'artillerie, arrivant de la direction du Mans, se présenta devant nos lignes et obligea les compagnies des avant-postes à se replier sur la position de Saint-Melaine. Elle paraissait vouloir continuer son attaque, lorsque le feu des mitrailleuses et d'une batterie de 4, en position à la ferme du Pressoir, entre le chemin de fer et la route du Mans, arrêta son mouvement. Pendant ce temps, le colonel Thierry, avec la 2e brigade, se portait en avant pour menacer la gauche de la colonne prussienne, et le 88e mobiles, vigoureusement enlevé par le général de Curten, remontait les contre-pents du ruisseau, précédé par de nombreux tirailleurs, couronnait les hauteurs et délogeait l'ennemi des positions dont il s'était emparé..."


 

 

Journée du 18 janvier 1871 :

Versailles : Proclamation de l'Empire allemand

Dispositions de défense prise au soir du 18 janvier:

Journée du 19 janvier 1871 :

Paris : Echec de Buzenval

Arrivée à Laval de Gambetta, ministre de l'intérieur et de la guerre du gouvernement de la défense nationale.

Journée du 22 janvier 1871 :

Emeute à Paris

Position des troupes le 22 janvier 1871:

Journée du 23 janvier 1871 :

Jules Favre est en négociation à Versailles